[RASSEMBLEMENT ANNULE] Appel pour un soutien inconditionnel à Claire

Claire, militante du comité national des travailleurs privés d’emploi et précaires de la CGT, a été arrêtée pendant la manifestation du 5 décembre. Son arrestation s’est faite sans aucune raison valable et relève d’une violence d’État qui utilise la brutalité policière afin de criminaliser le droit de manifester.

Le gouvernement actuel, dans son processus de destruction et de démantèlement du système social, cherche à intimider celles et ceux qui voudraient s’y opposer. Tout est bon : arrestations arbitraires, humiliations, procédures judiciaires. Claire, coupable d’être venue manifester samedi 5 décembre contre le chômage et la précarité, a subi des violences policières, a ensuite passé deux jours en garde à vue, pour être finalement présentée au tribunal de grande instance (TGI).

Ce que les pouvoirs publics lui reprochent ? « Rébellion » et « refus de se disperser » ! Devant cette mascarade de justice, Claire a refusé la comparution immédiate. Elle est convoquée au tribunal de grande instance mardi 5 janvier pour y être jugée.

NON À LA CRIMINALISATION DES MANIFESTANT·ES
AUCUNE SANCTION POUR CLAIRE
RASSEMBLEMENT MARDI 5 JANVIER
12 HEURES TGI PORTE DE CLICHY

Nous continuons d’exiger :
L’abrogation de la réforme de l’assurance chômage.
L’abrogation du décret du 29 décembre 2018 sur le contrôle des chômeur∙es.
Une nouvelle convention indemnisant 100 % des chômeur∙es et précaires.
Une année blanche pour les intermittentes et intermittents de l’emploi, et pour les travailleuses et travailleurs précaires, à compter de la fin de la crise sanitaire.
L’arrêt des contrôles et le redéploiement des effectifs vers l’indemnisation et l’accompagnement.
L’abrogation de la loi Sécurité globale et l’abandon du nouveau schéma du maintien de l’ordre.

Appel des vacataires de Paris Musées à manifester contre le chômage et la précarité LE SAMEDI 5 DÉCEMBRE 2020

La crise sanitaire a mis au jour la fragilité du système économique, révélant par-là ses règles insensées et néfastes, mais surtout ses conséquences sur nos vies !

Vacataires et ancien·ne·s vacataires de Paris Musées, nous avons subi de plein fouet les effets combinés de la crise sanitaire et des réformes entreprises depuis plusieurs années, qui cassent nos droits et nous emmènent vers toujours plus de contrôle et de flicage. Pour contrer ces logiques qui nous isolent, la meilleure stratégie est de faire front ensemble, toutes et tous, de nous rassembler et de nous mobiliser au niveau des musées où nous travaillons, de la Ville, et plus largement dans le cadre des mobilisations nationales.
Main d’oeuvre jetable recrutée en nombre lors des expositions, nous sommes recruté·e·s pour quelques mois, parfois quelques semaines voire quelques jours, souvent à temps partiel contraint. Nous sommes la réserve – le « vivier », dit notre direction – qui masque le sous-effectif chronique des musées. Notre présence rend concrète la réorientation des services publics culturels municipaux, qui fonctionnent toujours plus nettement au profit des intérêts privés et au prix d’une dégradation accrue des conditions de travail des agents. L’Etablissement a rogné sans retenue sur les plus précaires lors des deux confinements : en mars comme en novembre, les vacataires qui avaient signé leur arrêté de vacation sans avoir pu commencer leur mission se sont retrouvés sans ressource, alors qu’il n’y a pas de chômage partiel dans le secteur public et que Pôle Emploi indemnise toujours moins.

Appel complet :

5 décembre contre le chômage et la précarité!

Communiqué des vacataires de la BPI

Les travailleurs.euses précaires de la Bibliothèque Publique d’information, après avoir pris part à la grève pour défendre les retraites, sont mobilisé.es depuis la réouverture de la bibliothèque au public au mois de juillet 2020.

Les travailleurs.euses précaires de la Bibliothèque Publique d’information, après avoir pris part à la grève pour défendre les retraites, sont mobilisé.es depuis la réouverture de la bibliothèque au public au mois de juillet 2020. En effet, l’établissement ne couvrait pas les jours d’isolement liés à la situation COVID si les travailleurs/ses n’avaient pas cumulés 4 mois d’ancienneté. Les contrats étaient de 6 mois, alors qu’ils couvrent des besoins permanents, assurant un turn over idéal pour payer un minimum d’allocations chômages aux ex employés, et suivis d’une durée de carence de 2 ans. A la suite du confinement, dans le contexte de crise et avec les mesures sanitaires qui devaient être appliquées dans le cadre des tâches en rapport avec l’accueil du public et le rangement des livres, nous ne pouvions plus accepter la précarité de nos mini contrats (normalement 60h par mois à 8€/h net mais parfois moins si le nombre d’heures réellement faites est inférieure).

Nous avons dû faire grève au mois de septembre pour obtenir de la direction un plan sanitaire en temps de crise pour le personnel contractuel de la bibliothèque. La direction n’avait pas à être très fière de sa gestion, nous étions “le trou dans la raquette” de l’établissement. Avant cela, la négligence de la direction à notre égard témoigne du réel mépris affiché par rapport à ces travailleurs/ses de seconde zone.

Continuer la lecture de « 5 décembre contre le chômage et la précarité! »

Dans la Culture et les bibliothèques, luttons contre la précarité !

Les collectivités territoriales (comme la ville de Paris en particulier), le ministère de la Culture, celui de l’enseignement supérieur, se vantent de proposer une très grande offre culturelle avec leurs réseaux de musées, bibliothèques, monuments, sites archéologiques, théâtres, salles de spectacle et de concert. Tous ces lieux ont en effet un rôle social essentiel. Et s’il y a un enjeu essentiel dans l’accès de toutes et tous à la culture, aux savoirs et au divertissement, il ne peut être disjoint de celui des conditions d’emploi des personnes qui y travaillent.

Car à côté des personnels titulaires dans le secteur public et en CDI dans le secteur privé, la Culture est aussi un secteur qui emploie des milliers de précaires. Sans ces précaires, tous ces lieux culturels ne pourraient pas fonctionner, ne pourraient pas assurer leurs missions de service public, ne pourraient pas accueillir le public. Mais pourtant ces précaires connaissent des situations professionnelles et des conditions de travail inacceptables.

Continuer la lecture de « Dans la Culture et les bibliothèques, luttons contre la précarité ! »