Prédateur sexuel présumé à la tête du CNC, toujours maintenu à son poste ?

Retour de Dominique Boutonnat sur la scène judiciaire. Le président du Centre National du Cinéma (CNC), nommé en juillet 2019 et reconduit en juillet 2022 pour 3 ans par Emmanuel Macron en échange de ses bons et loyaux services, va être jugé pour agressions sexuelles – la tentative de viol n’ayant pas été retenue après un dépôt de plainte par son filleul en octobre 2020. Comble de l’ironie : depuis octobre 2019, près d’un an après le séisme provoqué par les accusations d’Adèle Haenel sur les violences sexuelles dans le secteur du cinéma, le CNC, sous la houlette d’un agresseur sexuel présumé, a lancé un plan pour prévenir celles-ci, notamment à destination des employeurs du secteur.

Dès 2020, lorsque la plainte du filleul de Dominique Boutonnat avait été révélée par la presse, nous avions demandé à la ministre de la Culture d’alors de le déplacer le plus rapidement possible et à titre conservatoire du CNC [lien site SUD], ce qui avait été refusé. Lors de notre rencontre avec la nouvelle ministre, en septembre 2022, nous nous sommes indigné·es de la reconduite d’un agresseur sexuel à la tête d’un établissement sous tutelle du ministère. La sacro-sainte présomption d’innocent nous a bien sûr été opposée.

            Le ministère et les différents gouvernements, en particulier depuis l’arrivée de Macron au pouvoir en 2017, se réfugient derrière cette notion juridique pour protéger les prédateurs sexuels présumés qui sévissent dans leurs rangs au mépris des victimes, surtout lorsqu’elles ne font pas partie du sérail. C’est beau cette solidarité de classe !

Il aura fallu attendre que la dernière victime de Christian Nègre soit une sous-préfète pour que le ministère réagisse ; alors qu’il avait fait preuve d’une légèreté coupable à l’égard de ce haut cadre de son administration dont l’une des occupations favorites était, entre autres, de faire boire aux agentes, dans le cadre d’entretiens de recrutements, des diurétiques pour les obliger à uriner devant lui.

            Maintenant, Rima Abdul Malak doit prendre ses responsabilités et mettre en retrait Dominique Boutonnat de la présidence du CNC. La lutte contre les violences faites aux femmes et les violences sexistes et sexuelles est soi-disant « grande cause nationale » depuis 2018. L’affichage politique ça suffit, il faut des actes forts.

Il est temps d’arrêter de protéger les prédateurs sexuels

dans ce ministère comme dans la société !

Le communiqué en pdf

La parole des victimes doit être entendue et prise en compte !

SUD Culture Solidaires, le 30 septembre 2022

JEUDI 29/09 : RASSEMBLEMENT DE SOUTIEN A LA LUTTE A LA BnF

Le jeudi 29/09, le personnel de la BnF sera de nouveau en grève pour des créations de postes, contre les contrats ultra-précaires, contre les mauvaises conditions de travail et contre la réduction des services offerts aux usagers-ères. 

Cela sera la 29ième journée de grève depuis le début de notre mouvement au début du mois de mai. 

Pour faire de cette journée de grève une journée d’action, pour montrer une fois encore notre détermination et notre colère, pour réunir le personnel en grève, les usagers-ères et tous/toutes les soutiens à notre lutte, la section SUD Culture de la BnF organise un

RASSEMBLEMENT DE SOUTIEN A LA LUTTE A LA BnF, à 11h, sur le site de Tolbiac de la BnF (station Bibliothèque François Mitterrand, métro ligne 14 ou RER C), hall Est, juste après l’entrée du public.

La section SUD Culture BnF appelle tout le monde à y venir, grévistes, collègues de la fonction publique, personnel des bibliothèques, précaires, usagers-ères, personnes solidaires, travailleurs/ses du public comme du privé, afin d’affirmer ensemble notre volonté de défendre le service public du livre et de la lecture et le personnel qui le fait fonctionner.

Ni ultra-précarité, ni service public dégradé, nous voulons de vrais moyens pour bien fonctionner !  

Fin du monde, fin du mois : même combat ! Grève le 29 septembre

Les luttes pour une augmentation des salaires se multiplient dans les entreprises, et ce ne sont pas les revalorisations de 3,5 % du point d’indice dans la fonction publique, 2,9 % des indemnités chômage ou de 4 % pour les pensions et autres mesurettes cache-misères, qui compenseront l’absence de revalorisation réelle des salaires, du SMIC, des minima sociaux et bourses étudiantes !

Ce gouvernement a par ailleurs validé sa feuille de route : poursuite de la liquidation du droit du travail et de l’assurance chômage, RSA conditionné au travail, de la fiscalité toujours plus en faveur des plus riches sous couvert d’efficacité économique au détriment du financement des services publics et de la transformation sociale et écologique.

Même si le gouvernement n’affiche plus les 65 ans comme âge de départ à la retraite, il a réaffirmé sa volonté de poursuivre une réforme injuste des retraites dès 2023, en nous faisant travailler plus longtemps.

Une transformation radicale plus que jamais nécessaire pour sortir du système capitalisme qui détruit notre planète. Les catastrophes climatiques de cet été (sécheresse, incendies, inondations…) sont venues rappeler l’urgence de cette transformation.

SUD Culture revendique :

  • Un SMIC à 1 700 euros net ;
  • Une réelle revalorisation du point d’indice dans la fonction publique ;
  • L’égalité salariale et la revalorisation des métiers les plus féminisés ;
  • Des augmentations de salaires, pensions, minima sociaux de 400 euros ;
  • Un écart maximum des salaires de 1 à 5 (entre les plus bas et plus hauts salaires dans les entreprises, administrations) ;
  • Le RSA pour les moins de 25 ans ;
  • La retraite à 60 ans max avec 37,5 annuités ;
  • Un réinvestissement massif dans les services publics ;
  • La réduction du temps de travail

Vivre dignement, et bien vivre n’est pas une option.

C’est un choix de société qui découle d’une transformation sociale radicale.

SUD Culture Solidaires appelle à se mobiliser pour cette journée du 29 septembre et à rejoindre les assemblées générales, manifestation par la grève ce jour.

BnF : la mobilisation des lecteurs et des agents continue !

CGT BnF, FSU, SUD Culture BnF,
Association des lecteurs et usagers de la BnF

Depuis le mois de mai 2022, la BnF connaît une mobilisation inédite des lecteurs et lectrices et des personnels de la bibliothèque en particulier contre la suppression de l’accès direct aux collections patrimoniales le matin, conséquence d’un sous-effectif chronique, mais aussi contre l’ultra-précarité.

Côté lecteurs, plus de 16 500 personnes ont pétitionné contre cette mesure tandis que 430 universitaires et acteurs du monde de la culture ont publié le 20 juin une tribune dans Le Monde pour dénoncer les choix de Laurence Engel, présidente de la BnF.

Côté personnel, les agents de la BnF ont été en grève un à plusieurs jours par semaine pendant plusieurs mois pour dénoncer ce recul du service public, le sous-effectif, la dégradation des conditions de travail, le retour de la précarité.

Continuer la lecture de « BnF : la mobilisation des lecteurs et des agents continue ! »

Préavis de grève intersyndical CGT – FSU – SUD Culture _ UNSA pour le 29 septembre

Nos organisations déposent un préavis de grève pour la journée du 29 septembre, ainsi que pour les nuits en amont et en aval, et exigent la satisfaction des revendications suivantes :

·      Une revalorisation salariale des agents de droit public et privé indexée sur l’inflation ; un cadre de gestion national et ministériel négocié pour les agents contractuels garantissant l’égalité de traitement et l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes contre toute forme de mise en concurrence des travailleurs par le recrutement de gré à gré ; l’indiciarisation des rémunérations pour toutes et tous ;

·      L’organisation de concours tous les deux ans pour chacun des corps techniques et scientifiques du ministère de la Culture avec liste complémentaire valable deux ans ; l’arrêt des suppressions d’emplois et leur création au regard des besoins ;

·      L’engagement d’une transition écologique socialement juste à négocier avec les organisations syndicales ;

·      Le retour des Directions des Affaires Culturelles dans la sphère ministérielle culture ; la mise en œuvre d’une directive nationale d’orientation Culture pour l’année 2023 ;

·      L’association des personnels aux évolutions informatiques qui nécessitent un pilotage et une maîtrise sérieuses au sein du ministère en visant l’amélioration des conditions de travail et du service rendu ;

·      Une ambition culturelle au service de tous et de la transformation sociale favorisant la participation, le lien et l’échange entre les femmes et les hommes, les anciens et les jeunes et des politiques publiques, des moyens humains et financiers traduisant cette ambition ;

Continuer la lecture de « Préavis de grève intersyndical CGT – FSU – SUD Culture _ UNSA pour le 29 septembre »