Lutter contre l’extrême-droite en renforçant les services publics, dont celui du spectacle vivant 

Abasourdis par le score de l’extrême droite dans notre pays, et extrêmement inquiets de ce qui pourra sortir des élections législatives qui se tiendront à la suite de la dissolution de l’Assemblée nationale décidée par le président de la République, nous tenons à rappeler ici le sens de notre mission, de notre travail et par conséquent de notre engagement pour la culture.  

Depuis plusieurs années, et surtout depuis la suppression par décret de plus de 10% du budget du ministère de la Culture en février dernier, nous sommes mobilisés pour dire notre exigence de moyens pour le service public de la culture. Salariés et employeurs de notre secteur se mobilisent ensemble pour dénoncer l’affaiblissement des services publics et la protection sociale (assurance chômage.)  

Dans la situation de crise politique aigüe que nous traversons, et alors que le risque d’arrivée au pouvoir d’une majorité d’extrême-droite porteuse de divisions et d’intolérance de l’autre n’a jamais été aussi élevé, nous appelons les citoyen.nes et les organisations syndicales et associatives à se mobiliser en faveur des candidats qui s’y opposeront tout en s’engageant concrètement à rompre avec les baisses de moyens des services publics et à défendre notre secteur.  

Nos valeurs d’intérêt général se déclinent chaque jour dans nos actions : la liberté de création, la liberté de programmation et la diversité artistique, pour toutes et tous, dans tous les territoires de la République en France.   

Ainsi plus que jamais restons unis et appelons à la mobilisation 

Rejoignons massivement les manifestions prévues le 13 juin et le week-end du 15 juin.  

ICI LA CARTE DES MOBILISATIONS !

Les signataires :

Fédération Nationale des Syndicats du Spectacle, du Cinéma, de l’Audiovisuel et de l’Action Culturelle CGT – CGT Spectacle

F3C CFDT – Communication Conseil Culture CFDT

FNAR – Fédération nationale des Arts de la rue

FSICPA – Fédération des structures indépendantes de création et de production artistiques / SYNAVI – Syndicat National des Arts Vivants / SCC – Syndicat des cirques et compagnies de création

LES FORCES MUSICALES – Syndicat professionnel des Opéras, Orchestres et Festivals lyriques

PROFEDIM – Syndicat professionnel des Producteurs, Festivals, Ensembles, Diffuseurs Indépendants de Musique

SFA CGT – Syndicat Français des Artistes-interprètes

SNAM CGT – Union Nationale des Syndicats d’Artistes Musiciens (Enseignants et Interprètes) de France CGT

SNAPAC – CFDT – Syndicat national des Artistes et des Professionnels de l’animation, du Sport et de la Culture

SNMS CGT – Syndicat National des Metteuses et Metteurs en Scène

SNSP – Syndicat National des Scènes publiques

SUD – Culture – Syndicat « Solidaires, Unitaires et Démocratiques » de la Culture

SYNDEAC – Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles

SYNPTAC CGT – Syndicat National des Professionnel·le·s du Théâtre et des Activités Culturelles

image_pdfTélécharger en PDFimage_printImprimer

Soutien aux camarades de Radio France

LICENCIEMENT DE GUILLAUME MEURICE : LA FAUTE GRAVE DE SIBYLE VEIL

C’était le suspens le moins haletant que l’on puisse imaginer : Guillaume Meurice est licencié pour « faute grave » à la suite d’une procédure disciplinaire de façade. La décision semblait prise par la Présidente depuis belle lurette, mais, stratège, Sibyle Veil a attendu les résultats des élections européennes pour annoncer cette sentence. Le pari est gagnant puisque tous les regards sont tournés vers les conséquences de la dissolution de l’Assemblée Nationale. Le sort d’un humoriste ne pèse rien face à un tel séisme, pourtant, le licenciement d’un humoriste politique n’est pas sans rapport avec le contexte actuel. Loin de là ! 

Télécharger et imprimer le tract

Continuer la lecture ici

image_pdfTélécharger en PDFimage_printImprimer

L’extrême droite n’est pas l’alternative à la macronie !

Le résultat des élections européennes dimanche soir confirme, malgré une abstention toujours forte, le renforcement du FN/RN, parti issu du fascisme et de la collaboration. Cette organisation s’appuie sur la peur, la frustration et la colère du peuple exacerbées par les choix politiques actuels. Il utilise ce ressentiment légitime en proposant des solutions simplistes qui pointent des boucs émissaires. 

Ce parti et son idéologie ont depuis plusieurs années profité des médias du groupe Bolloré qui diffusent sa doctrine en continu et la normalise. Elle prône la loi du plus fort, la soumission à l’ordre établi et l’utilisation de la force comme mode de gouvernement, faisant du rejet de l’autre le fondement de toute relation sociale.

Le macronisme n’a eu de cesse de lui d’accorder du crédit en reprenant des pans de son programme et le justifie en renforçant la répression des mouvements sociaux, négligeant la concertation démocratique et les mobilisations populaires et syndicales.

L’extrême droite s’est toujours nourrie de l’amertume, et force est de constater que le mépris social n’a cessé de ruisseler au cours des dernières mandatures.

En convoquant des élections anticipées trois semaines après que l’extrême droite a emporté la première place aux européennes, Macron lui donne l’opportunité de se renforcer au Parlement.

Ne nous leurrons pas ! Le FN/RN est un danger d’autant plus grand que l’autoritarisme des gouvernements successifs a doté le pouvoir politique d’outils de répression et d’entrave au pluralisme inédits. La perspective de son arrivée au pouvoir doit, plus que jamais, nous unir dans l’action.

Le rejet d’une gouvernance ultra-libérale, toujours plus brutale, ne doit pas nous conduire à faire le choix de l’enfermement dans une société où règne l’ordre, la soumission et la haine de ce qui n’est pas nous-même.

Profondément attaché.es  aux valeurs antifascistes et antiracistes et résolu.es à les défendre, nous appelons à faire bloc contre l’extrême droite en rejetant son programme clivant et préjudiciable à l’ensemble des travailleurs·euses.

Nous appelons à rejoindre les mobilisations cette semaine et ce week-end pour affirmer dans la rue, le rejet de l’extrême droite.

Nous appelons à un sursaut populaire de masse qui inscrive dans la durée des valeurs nouvelles, inspirantes et fédératrices, fondements d’un projet de société émancipateur, progressiste et durable !

UN AUTRE MONDE EST POSSIBLE.

image_pdfTélécharger en PDFimage_printImprimer

Intersyndicale Culture

CFDT-Culture CGT-Culture FSU-Culture SUD Culture Solidaires

PLATEFORME REVENDICATIVE INTERSYNDICALE CULTURE

JOURNÉE CULTURE DU 20 JUIN 2024

Tous les personnels du ministère de la Culture, fonctionnaires comme contractuels, dans les bureaux, les ateliers, les musées, les monuments, les établissements nationaux d’enseignement supérieur, les domaines, les bibliothèques, les jardins, les chantiers de fouilles, sont appelés à rejoindre la mobilisation ministérielle Culture le jeudi 20 juin 2024. Au regard de la dégradation générale des conditions de travail et de vie professionnelle des agentEs, face à l’incurie de la ministre et de son cabinet, qui ruisselle sur son administration, il est temps d’agir. Ensemble, portons nos revendications sur les salaires, l’emploi, les missions et pour dénoncer les coupes budgétaires.

image_pdfTélécharger en PDFimage_printImprimer

7-8-9 juin : A69 – roue libre – manif’actions et mobilisation inter-nationale contre les projets autoroutiers

En avril et octobre 2023, nous avons été des milliers à nous rassembler pour dénoncer et tenter de mettre un terme à l’autoroute A69 Castres-Toulouse, dénonçant un projet hérité du siècle passé et triplement néfaste : inutile, écocidaire et antisocial. La prochaine mobilisation aura lieu du 7 au 9 juin.

Lieu : entre Castres et Toulouse

L’autoroute avance ? Nous aussi !

En 2023 et 2024, la résistance a été portée au niveau national et même international, sans pour autant faire fléchir les décideur·euses politiques, épaulé·es de leurs amis concessionnaires Atosca/NGE et de l’appareil judiciaire et policier.

La détermination à défendre les terres menacées d’artificialisation, à lutter contre une infrastructure antisociale et à promouvoir des alternatives de résilience aux enjeux climatiques s’est illustrée de multiples manières : recours juridiques, occupations dans les arbres et au sol, débat à l’Assemblée Nationale, rassemblements, venues d’activistes et artistes connu·es de tous·tes, désarmements d’engins de chantier, grèves de la faim et de la soif, projet d’aménagement alternatif Une Autre Voie… Des actions de solidarité dirigées contre les acteur·ices du projet partout en France ont renforcé notre détermination et des centaines de personnes ont convergé pour renforcer les occupations sur place. Les multiples lieux d’occupation sur le trajet appellent à être rejoints dès maintenant !

L’État tente vainement d’enterrer la contestation via un puissant appareil répressif, mais le Sud-Tarn résiste ! Contre l’autoroute et toute sa chaîne de production, des gravières en Ariège aux centrales à bitume en Haute-Garonne et Tarn, convergeons massivement dans le Sud-Ouest, pour une mobilisation populaire de grande ampleur. Bloquons les chantiers de l’A69 et reprenons les terres accaparées par Atosca/NGE. 

Retrouvons-nous pour un prologue le 1er juin en Ariège contre les gravières, d’où un convoi partira pour rejoindre l’Acte 3 contre l’A69 les 8 et 9 juin 2024 ! Continuons d’élargir la brèche ouverte contre l’A69 et son monde !

Continuer la lecture de « 7-8-9 juin : A69 – roue libre – manif’actions et mobilisation inter-nationale contre les projets autoroutiers »
image_pdfTélécharger en PDFimage_printImprimer

CULTURE EN DANGER ! Coupes budgétaires : mobilisation nationale des professionnel·les du spectacle le 13 juin !

Cher.es Collègues, 

Plus que jamais, le spectacle vivant est menacé.  

Depuis plusieurs années déjà, nous tirons la sonnette d’alarme. Les financements publics ne suivent plus. Dans ce contexte inquiétant pour nos professions, le gouvernement a fait le choix incompréhensible de couper en 2024 près de 10% du budget alloué au soutien à la création artistique par le ministère de la Culture (-96 millions d’euros !), alors même que les collectivités territoriales sont mises en difficultés pour maintenir leurs financements.  

Si l’année 2024 révèle déjà de nombreuses difficultés sur le territoire, avec moins d’activité ou des politiques salariales revues à la baisse, l’année 2025 s’annonce catastrophique. Le ministère de la Culture ne cache pas que des milliers de spectacles ne verront pas le jour et qu’un effondrement des coproductions est à prévoir. Dans ce contexte, une équipe artistique sur deux, risque de disparaître. Ce sera moins de créations, donc moins de levers de rideaux, donc moins d’embauches de salarié·es permanent·es et  d’intermittent·es, et le risque d’un effondrement d’un écosystème.  

Continuer la lecture de « CULTURE EN DANGER ! Coupes budgétaires : mobilisation nationale des professionnel·les du spectacle le 13 juin ! »
image_pdfTélécharger en PDFimage_printImprimer

Soutien au mouvement de lutte du collectif Sous les écrans la dèche

SUD Culture Solidaires, composé de travailleurs·ses du monde de la culture aux statuts et régimes multiples, ne connaît que trop bien la précarité imposée dans notre secteur d’activité. Certain·es d’entre nous sont en lien réguliers avec les festivals de cinéma et leurs travailleur·ses. Ils nous permettent de montrer nos films pour certain·es, de travailler pour d’autres.

C’est pourquoi, nous affirmons notre pleine solidarité avec la lutte en cours du collectif Sous les écrans la dèche. Iels réclament leur affiliation au régime de l’intermittence via l’annexe 8 de l’assurance chômage avec 18 mois de rétroactivité et l’intégration des festivals de cinéma à une convention collective adaptée.

Leur mouvement intervient après une énième casse de l’assurance chômage par le gouvernement. Les conséquences sont désormais visibles : de nombreux travailleurs·ses déjà précarisé·es par le passé, n’arrivent plus à joindre les deux bouts. Leur travail intermittent correspond parfaitement au régime pensé pour cela : l’intermittence du spectacle. Nous réaffirmons la nécessité de l’élargissement de ce régime pour tous·tes les travailleur·ses en période discontinue d’emploi du monde de la culture.

Nous soutenons la lutte des travailleurs·ses précaires des festivals de cinéma et serons à leurs côtés. Nous appelons à signer leur tribune ainsi qu’à suivre et relayer leur combat.

Pour en savoir plus :

Logo Sous les écrans la dèche
image_pdfTélécharger en PDFimage_printImprimer