Le 5 décembre, Paris fera taire Zemmour

CGT Paris – Solidaires Paris – Jeune Garde Paris

Dimanche 5 décembre 2021, Eric Zemmour tiendra un meeting au Zénith, porte de La Villette, à Paris. Une grand-messe fasciste présentée comme une étape déterminante dans la campagne politique de ce nouveau candidat d’extrême droite (certes pour l’heure encore non déclaré) à l’élection présidentielle de 2022.
Depuis des mois, Eric Zemmour déballe ses discours de haine en boucle, partout. Sa parole raciste, islamophobe, antisémite misogyne, ultralibérale, sa réhabilitation des pires figures de notre histoire récente dont Pétain, se répandent, avec la complicité aveugle ou assumée de celles et ceux qui ne cessent de lui tendre le micro ou de lui offrir des tribunes.

A côté de lui, euphorisés par la libération de cette parole qui blesse et qui tue, les groupes fascistes se sentent pousser des ailes et multiplient les exactions. Ils prennent d’autant plus la confiance que les autorités se gardent bien, pour l’heure, de réprimer leurs agissements. Certaines villes sont régulièrement le théâtre d’agressions et de dégradations de locaux militants et associatifs. Ainsi, par exemple, le 20 novembre dernier, à Paris, une quarantaine de militants d’extrême droite ont violemment attaqué le cortège de la manifestation contre les violences sexistes et sexuelles.

En tant qu’organisations du mouvement social, nous avons une responsabilité historique devant laquelle nous ne pouvons nous dérober. Nous ne pouvons pas laisser un leader fasciste s’exprimer dans notre ville sans construire une riposte politique et sociale. Le 5 décembre 2021, Paris devra montrer qu’il est antifasciste. Cette date se doit d’être utilisée par l’ensemble du mouvement social pour baser les bases d’une dynamique neuve face à l’extrême droite.
C’est pourquoi l’Union des syndicats CGT de Paris, Solidaires Paris, et la Jeune Garde Paris appellent conjointement à l’organisation d’une réponse forte. Elles convient l’ensemble des organisations syndicales, politiques et associatives parisiennes à les rejoindre pour tenir, le 5 décembre, une manifestation contre Eric Zemmour et la parole fasciste.

Le passe sanitaire nous met dans l’impasse… Nouvelle journée de grève nationale le 1er décembre !

Les bibliothécaires sont en lutte depuis l’été dernier contre le passe sanitaire. Les trois journées de grève nationales ont été fortement suivies. Alors que le dispositif du passe sanitaire a été prolongé jusqu’en juillet 2022, SUD CT, SUD Culture, la CNT et la CNT-STUCS appellent à poursuivre la mobilisation et à faire grève le 1er décembre 2021.

Le maintien du dispositif de contrôle dans les lieux culturels, et dans les bibliothèques en particulier, continue de contrevenir à leurs missions essentielles et de pénaliser les publics les plus précaires, déjà éloignés du livre, de la lecture et de la culture. L’accès aux bibliothèques et aux lieux culturels doit rester sans discrimination et inconditionnel. Nous demandons des véritables mesures de protection contre l’épidémie, qui ne sanctionnent ni le public, ni les agent-es : retour des jauges en cas de remontée des contaminations, masques FFP2 pour les personnels, ventilation adéquate, capteurs de C02…

La lutte contre les pandémies passera par un renforcement de l’hôpital et de la recherche publics, par la levée des brevets vaccinaux et une véritable politique de santé publique au plus près des populations les plus précaires, par la lutte contre la déforestation et l’agriculture intensive, par la transformation des modes de production et de transport, et par la diffusion d’informations fondées. Pourtant les politiques ultralibérales menées par les derniers gouvernements, et leurs soutiens sans faille aux intérêts privés à court terme, n’ont fait qu’aggraver la situation sanitaire actuelle. C’est pourquoi nous dénonçons d’autant plus fermement le choix de cette politique sanitaire incohérente et répressive qui en outre fait le lit des idées complotistes et d’extrême droite. 

Sud CT, SUD Culture, la CNT et la CNT- STUCS demandent donc :     

Ø  Un accès libre et sans condition aux services publics, ce qui implique

  • La suppression du passe sanitaire pour le public et les agent·es 
  • La gratuité des abonnements aux médiathèques pour tous et toutes

Ø La levée des sanctions et menaces de sanctions pour le personnel refusant de contrôler les passes

Nous demandons également, tant que le personnel est soumis à l’obligation du passe sanitaire :

Ø  Un accès facilité, gratuit et sur le temps de travail aux vaccins et la gratuité des tests pour toutes et tous