BnF : la section SUD Culture boycotte le CHSCT

Déclaration liminaire de la section SUD Culture au CHSCT du 18 juin 2020

La section SUD Culture de la BnF a pris la décision de ne pas siéger ce jour au CHSCT. Plusieurs raisons nous ont conduits à boycotter cette instance.

D’abord, le mépris constant de la direction pour le CHSCT qui se traduit par : l’envoi hors délai systématique des documents, une durée volontairement trop courte des instances empêchant ainsi un examen sérieux et approfondi des points à l‘ordre du jour, le déroulé en lui-même des instances, toujours conduit au pas de course sous le prétexte qu’il faudrait « aller vite » , alors même les débats doivent être libres et non entravés, l’absence ou le  peu de prise en compte des remarques des organisations syndicales, l’absence fréquente de réponses aux questions des organisations syndicales, la diffusion de documents non examinés par le CHSCT dans les différents services de l’établissement. Nous avons déjà eu l’occasion de nous exprimer sur le sujet  et malgré nos interventions répétées sur l’importance que la bnf devrait accorder au CHSCT, la direction ne semble pas vouloir infléchir sa politique. Le dialogue social que la BnF revendique n’est que de la poudre aux yeux, qui fait de moins en moins effet auprès des agent.es et que notre organisation syndicale refuse de cautionner.

Continuer la lecture de « BnF : la section SUD Culture boycotte le CHSCT »

Soutien à la mobilisation pour réouvrir l’usine de masques de Plaintel comme Société Coopérative d’Intérêt Collectif : pour sauver des vies, fabriquons des masques !

Soutien à la mobilisation pour réouvrir l’usine de masques de Plaintel comme Société Coopérative d’Intérêt Collectif : pour sauver des vies, fabriquons des masques !

Parmi les innombrables scandales qu’a révélé la crise sanitaire qui a lieu depuis le mois de mars, il y a celui du manque criant de masques de protection adapté, alors que c’est un dossier de santé essentiel et l’un des meilleurs moyen de protection.
Or, ce scandale du manque intolérable de masques aurait pu être évité si les pouvoirs publics avaient bien passés les commandes de masques qu’ils auraient dû faire depuis des années pour maintenir le stock prévu et si la dernière usine fabriquant des masques aux normes dans l’hexagone, l’usine de Plaintel dans les Côtes d’Armor, n’avait pas fermée dans l’indifférence générale en 2018, sous le fallacieux prétexte de manque de rentabilité.

Dès le début de la crise sanitaire, nos camarades de Solidaires 22 ont revendiqué la réouverture de cette usine pour fabriquer les masques nécessaires et la relance de la production grâce à la mise en place d’une  Société Coopérative d’Intérêt Collectif, pour que sa gestion soit entre les mains des travailleurs/ses et que la production de ce bien essentiel que sont les masques ne soit plus entre les mains de patrons à la recherche uniquement du profit.

Cette revendication est un élément essentiel, qui doit aboutir à la fois pour assurer les moyens de protection sanitaire dont nous avons besoin, pour permettre la relocalisation de la production et pour marquer une rupture avec le jour d’avant et commencer à construire le jour d’après. Cela concerne aussi les autres usines fabriquant des matériels sanitaires essentiels (comme l’usine de bouteilles d’oxygène Luxfer en Auvergne).

SUD Culture Solidaires appelle donc à :

*Signer et à relayer la pétition demandant la réouverture de l’usine de masques de Plaintel dans le cadre d’une SCIC : https://soutienscic22.org/

*A relayer l’appel pour la SCIC et le matériel diffusé à ce sujet : https://solidaires.org/Lancement-du-comite-national-de-soutien-a-la-SCIC-des-Cotes-d-Armor-22-pour
La santé n’est pas une marchandise, les moyens de protection sanitaire non plus, sortons les de la course aux profits !

COVID-19 – conférence téléphonée du 20 mai avec le secrétaire d’État

Solidaires Fonction Publique

Solidaires a dû revenir une nouvelle fois sur les difficultés que rencontrent les agent·es publics en termes de protection face au SARS-CoV-2. Ce point est dénoncé toutes les semaines et malheureusement, ce ne sont pas des cas anecdotiques. Les problèmes de masques soit insuffisants, soit périmés sont encore là et bien là. Il semble que l’on franchisse chaque fois un pas de plus puisque désormais, pour combler les manques de masques on accepte de prendre en compte les normes qui ne sont normalement pas en vigueur en France. C’est le cas notamment dans un hôpital qui après s’être vu attribué des masques à usage non médical s’est donc vu donner des masques à normes chinoises. Et l’interpellation d’Emmanuel Macron par des infirmières la semaine dernière est à l’image de ce qui se passe dans de trop nombreux services et révélateur du fait que la sécurité de trop d’agent·es est mise en danger notamment par manque de matériel de protection. La question des masques se pose bien entendu partout… Dans tous les secteurs… notamment dans l’éducation… L’épidémie n’étant pas prévue pour s’éteindre au 2 juin, il est indispensable d’avancer enfin sérieusement sur le sujet ? Des matériels de protection de qualité doivent être fournis à toutes et tous pour tous les moments de la vie, de manière gratuite et pour les agent·es publics dans tous les aspects professionnels y compris également pour les trajets domiciles travail.

La suite du compte-rendu ici :

Bas les masques !

Depuis, 11 mai 2020, des millions de salarié-es ont repris leurs activités après 8 semaines de confinement.

Dans chaque entreprise ou administration publique, les employeurs devront définir les modalités sanitaires pour assurer l’intégrité physique de leurs salarié-es face aux risques biologiques du Covid19.

Il sera nécessaire de consulter les CHSCT dans le public et les CSE dans le privé (la Commission Santé Sécurité et Conditions de Travail lorsqu’elle existe), d’établir les plans de reprise présentielle, de privilégier le télétravail, d’adapter les horaires de travail, et surtout de mettre à disposition gratuitement les équipements de protection individuelle (EPI) et savon, masques, gel hydroalcoolique, serviettes en papier, lavabos… pour protéger les salarié-es contre le risque de Covid19.

Rappelons que le Covid19 a tué au moins 283 000 personnes à ce jour dans le monde, dont près de 27 000 en France, et que des signaux indiquent que le bilan repart à la hausse.

Continuer la lecture de « Bas les masques ! »

Non à une réouverture de la BnF au mépris du CHSCT, de notre santé et de nos conditions de travail !

Sections FSU et SUD Culture Solidaires de la BnFfsu@bnf.fr / sudbnf@hotmail.fr 

Communiqué

Le 10 mai 2020

Près de 2 mois après la fermeture totale de ses sites, la Bibliothèque nationale de France annonce sa réouverture partielle au personnel à compter du 11 mai et la reprise d’une partie de ses activités. Sans prendre en compte le contexte sanitaire incontrôlable en Île-de-France, région parmi les plus touchées par le coronavirus, la direction marche sans surprise dans les pas du gouvernement en demandant à ses agent-es de retourner au travail.

Cette réouverture précipitée fait peser sur les personnels un risque sanitaire. En effet l’usage des transports en commun s’annonce particulièrement difficile en Île-de-France et le brassage inévitable de la population dans des espaces confinés expose les personnels à un fort risque de contamination. Ce déconfinement prématuré pourrait d’ailleurs engendrer une seconde vague épidémique, « risque sérieux » selon les mots même du premier ministre, qui pourrait amener la BnF à fermer de nouveau. Dans ces conditions, la décision de rouvrir la BnF est pour nous inacceptable : elle se ferait au détriment de la santé et de la sécurité des agent.es dont la direction a pourtant la responsabilité au regard du code du travail.

Continuer la lecture de « Non à une réouverture de la BnF au mépris du CHSCT, de notre santé et de nos conditions de travail ! »