9 ans, Clément toujours présent

Union syndicale Solidaires

https://solidairesparis.org/IMG/webp/clement-toujours-present.webp

Il y a 9 ans, notre camarade Clément Méric, militant antifasciste et syndical, était assassiné par des militants néo-nazis, en plein Paris. Le 19 mars 2022, c’est Federico Martín Aramburú qui est tombé sous les balles d’un militant d’extrême droite, dans une rue de Paris. Tout récemment, le 14 mai, un militant d’extrême-droite a tué un jeune homme à Paris par arme à feu. Non contente de diffuser des idées racistes, réactionnaires et xénophobes, l’extrême droite tue.

À l’heure où l’extrême droite enregistre à nouveau des scores conséquents aux élections, à l’heure où son discours se propage dans notre quotidien, des plateaux télé au plus haut sommet de l’État, il est de notre devoir de montrer, encore une fois, notre colère.

Continuer la lecture de « 9 ans, Clément toujours présent »

L’extrême-droite a encore tué à Paris

Moins de deux mois après le meurtre de Martin Arrumbum par un néo-nazi du GUD, l’extrême-droite a à nouveau tué à Paris. Un militant d’extrême-droite, Martial Lanoir, a abattu, dans la nuit de vendredi 13 à samedi 14 mai, un jeune homme d’une balle dans la tête. Lanoir s’était fait connaître sur Dailymotion pour ses vidéos racistes telles que « sauvons la France » ou « Immigration non-voulue par les Français ». Il y développe des théories xénophobes et conspirationnistes, se revendiquant de « Soral et Dieudonnée ». En septembre 2020, il était intervenu à la sinistre émission « Touche pas à mon poste » véhiculant des idées complotistes. Quelques heures avant le meurtre, Martial Lanoir publiait encore sur son compte télégram un message antisémite et appelait à « éliminer les cafards ».

Le même week-end, Payton Gendron, néonazi, suprémaciste blanc, antisémite tuait 10 personnes dans la ville de Bufalo aux Etats-Unis. Dans un manifeste qu’il a publié, il fait référence au meurtrier néo-zélandais, auteur de l’attentat de Christchurch, ayant fait 51 morts.

Alors que les violences de l’extrême-droite se multiplient partout, le gouvernement français s’attaque à celles et ceux qui la combattent en décidant, par exemple, la dissolution du GALE au motif qu’il provoquerait « des agissements violents à l’encontre des personnes ou des biens ». Dissolution tout récemment annulée par le Conseil d’État.

Comment ne pas constater la complaisance des autorités à l’égard des militant.es d’extrême-droite… pendant que la répression des militant.es antifascistes continue. Le danger est pourtant clair : c’est l’extrême-droite qui assassine ! Elle peut visiblement continuer de le faire sans provoquer d’émoi ni déchaîner un raz-de-marée de dénonciations journalistiques pourtant si promptes quand il s’agit de condamner le bris de quelques vitrines !

L’extrême-droite est un danger mortel !

16 avril : « non » à l’extrême-droite, pour la justice et l’égalité

Manifestations partout !

Contre le racisme et contre le fascisme
Notre pays s’appelle Résistance !

Nous y (re)voilà ! Il y a cinq ans Macron se prétendait le barrage contre le fascisme. C’est le contraire qui s’est passé.

Après cinq ans de Macron au pouvoir l’extrême-droite n’a jamais été aussi haute électoralement.
Jamais ses insanités et obsessions n’ont été autant débattues et reprises.
Jamais les groupes violents fascistes n’ont été autant en confiance pour commettre des agressions racistes et attaquer les organisations du mouvement social.

Et pourtant… Jamais le candidat du pouvoir en place n’avait autant annoncé son intention de harceler migrant·e·s et sans-papiers, de s’attaquer aux étranger·e·s et mettre en pièce les acquis sociaux. Son ministre de l’intérieur trouve même « trop molle » la candidate d’extrême-droite !

D’où que l’on vienne, où que l’on soit né·e·s, d’Ukraine, de Syrie, du Soudan, du Mali ou de France, notre pays à nous s’appelle Solidarité.
Alors, dans chaque quartier, dans chaque village, dans chaque ville, entrons en résistance !

Dès ce samedi 16 avril, manifestons partout pour dire non au fascisme et non au racisme.

On est là ! Alors dès maintenant organisons-nous, ensemble, aux côtés des collectifs de sans-papiers et migrant·e·s, aux côtés des familles de victimes des violences policières et pénitentiaires, aux côtés des syndicalistes en lutte, aux côtés des collectifs et associations dans nos quartiers pour ne pas laisser un pouce de terrain à l’extrême-droite et à ses idées, pour riposter à chaque attaque et faire vivre l’égalité et la solidarité.

Les rdv : https://antiracisme-solidarite.org/