Réunion régionale de la création artistique et de la Culture Picardie / Nord – Pas de Calais

Cette Réunion régionale de la création artistique et de la Culture Picardie / Nord – Pas de Calais s’est tenue, en présence de plus 300 personnes issues des milieux culturels, au Théâtre du Nord à Lille ce lundi 16 février. Organisée à l’initiative du Syndeac (Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles), cette intiative a été soutenue par de nombreuses organisations professionnelles dont l’intersyndicale de la DRAC Picardie (SUD Culture Solidaires – CFDT Culture). Cette dernière est plus particulièrement intervenue dans l’atelier 2 consacré à la réforme territoriale, atelier qui a réuni plus de 80 personnes. Elle a apporté un éclairage sur la loi MAPTAM, la réforme territoriale et la revue des missions.

La restitution des trois ateliers au public s’est déroulée de 18h30 à 21 h. Chacune des organisations participantes a exprimé son point de vue. L’intersyndicale de la DRAC Picardie a fait la déclaration suivante :

“Comme les autres ministères, celui de la culture a entrepris à marches forcées une Revue des missions qui s’inscrit dans la même logique que la RGPP à la sauce Sarkozy. Elle a pour but de redéfinir les politiques publiques, le positionnement et le rôle de l’État et de ses services déconcentrés. Toutes les missions des DRAC sont concernées.

C’est l’existence même des DRAC, puis du Ministère de la Culture, qui est en jeu. Sans politique culturelle nationale, c’en sera fini de l’équité territoriale qui s’efforce de garantir à toutes et tous un égal d’accès à la culture. C’est la porte grande ouverte à une politique culturelle à la carte, au seul profit de replis identitaires ou d’intérêts partisans et clientélistes.
Nous sommes bien entendu partisans d’une véritable coopération territoriale qui vise à favoriser des convergences d’actions locales pour une efficience accrue des politiques publiques de la culture correspondant aux besoins des populations.
Le réseau actuel des DRAC est un élément déterminant de la cohésion sociale et facteur de développement économique, social et culturel.
Les DRAC doivent être en première ligne pour que la culture joue un rôle essentiel dans la réduction des inégalités, dans l’accès égalitaire effectif à la culture quels que soient les territoires concernés.
Les DRAC, garantes d’un service public culturel de qualité au service de l’intérêt général, doivent participer au développement d’une vraie politique de démocratisation culturelle qui se traduise par un réel soutien à la formation, à la création, à la diffusion, à l’action culturelle, aux équipes artistiques et aux acteurs culturels.
Bref les DRAC, dont la compétence de leurs équipes est amplement reconnue, sont et resteront indispensables ! Elles sont condamnées, non pas à mourir, mais à se développer toujours plus.”

Vous trouverez en pièce jointe la restitution des trois ateliers qui dressent un constat partagé sur la situation de la culture dans notre pays tout en développant un certain nombre de revendications.

SUD Culture Solidaires, le 27 février 2015.