Stop aux simulacres de débat! Pas de relance du nucléaire!

À Tours le 16 février se tiendra la onzième réunion publique organisée par la Commission nationale du débat public (CNDP) autour du programme de construction de 6 nouveaux réacteurs nucléaires de type EPR – programme imposé par EDF, venant concrétiser la décision de relance du nucléaire prise en février dernier par Macron.

Aucun réacteur de type EPR n’est pourtant actuellement en fonctionnement : en quasi arrêt en Chine et en Finlande, toujours pas fini en France et loin de l’être au Royaume-Uni. Et quand un tiers du parc français est à l’arrêt pour des raisons de sécurité ou de maintenance, il semble illusoire et dangereux d’investir des dizaines de milliards d’euros pour relancer cette filière source de catastrophes. Mais où et quand nous a-t-on consultés, nous qui de fait vivons tous plus ou moins près d’un des 56 réacteurs que compte déjà le pays, sur la vraie question qui se pose avant toute décision sur le sujet : faut-il ou non relancer le nucléaire?

La technologie électronucléaire est peut-être une affaire d’experts, mais le choix de la développer et d’en subir les conséquences est notre affaire à tous. On nous l’a imposée par la force, il y a cinquante ans, ils prétendent nous imposer sa relance aujourd’hui, en désamorçant les oppositions par ce qu’ils appellent «le débat public».

Continuer la lecture de « Stop aux simulacres de débat! Pas de relance du nucléaire! »

L’histoire ne repasse pas les plats : le 31 janvier, on y est tous !

Ces derniers jours, tout ou presque a été écrit sur l’injustice et la brutalité du projet de réforme des retraites de Macron… mais tout n’a pas encore été entrepris pour le retrait de ce projet à en juger les réactions du gouvernement le soir du 19 janvier ! Ce dernier, droit dans ses bottes, martèle qu’il ne bougera pas d’un pouce. Et ce, malgré la mobilisation de plus de deux millions de travailleuses et travailleurs, et de jeunes, qui se sont mis en grève et/ou ont manifesté, dans le public comme dans le privé, contre cette réforme. Au ministère de la Culture, de nombreux sites sont restés fermés à la visite en raison d’un nombre élevé de grévistes.

Les organisations syndicales, contrairement au gouvernement, ont le soutien de la population :

  • La pétition intersyndicale rassemble déjà près de 785 000 signataires ;
  • 70 % des Français rejettent la réforme ;
  • 2/3 des Français soutiennent les mobilisations.

Doit-on rappeler que cette réforme frapperait de plein fouet l’ensemble des travailleurs et travailleuses, et plus particulièrement celles et ceux qui ont commencé à travailler tôt, les plus précaires, mais aussi celles et ceux dont la pénibilité des métiers n’est pas reconnue ?

Doit-on rappeler la triple peine pour les femmes, qui partent déjà plus tard à la retraite, touchent des pensions plus faibles et, demain, seraient davantage touchées par le report de l’âge de départ ?

Les travailleuses et les travailleurs aspirent à partir à la retraite en bonne santé et avec un niveau de retraite qui permette de vivre dignement !

Le message est très clair : le gouvernement doit renoncer à la fois à l’âge de départ à la retraite à 64 ans, à l’accélération de l’augmentation de la durée de cotisation et à la casse des régimes spéciaux, qui menace à court terme le code des pensions. Ce projet de réforme doit être retiré !

Continuer la lecture de « L’histoire ne repasse pas les plats : le 31 janvier, on y est tous ! »

Affaire « Christian N. » : Le temps n’atténue ni la peine des victimes ni la responsabilité du Ministère

CFTC – CFDT – CGT – FSU – SUD – UNSA

Le 20 janvier 2023 sept femmes, victimes de « Christian N. », devant le refus du ministère de la Culture de les dédommager du préjudice subi, en raisons de ses manquements, étaient présentes au tribunal administratif auprès duquel elles avaient engagé une procédure pour dénoncer l’attitude du ministère.

Elles étaient accompagnées par leurs avocates de la Fondation des Femmes. D’autres victimes, des amis, des conjoints et des représentants  des organisations syndicales du ministère de la Culture étaient également présents à cette audience. Cette affluence inhabituelle a d’ailleurs nécessité la réquisition d’une plus grande salle.

Le rapporteur public, dans ses conclusions, a réfuté la responsabilité du ministère. Il a néanmoins demandé « d’engager la responsabilité de l’État pour faute personnelle de l’agent N. commise à l’occasion du service ». Il a proposé, pour réparation du préjudice morale, d’indemniser les sept victimes présentes en leur versant de 22000 à 29 000 Euros.

Le ministère, lui, par la voix de son avocat, est toujours dans le déni.
– Personne n’a rien vu, n’a rien entendu, n’a parlé…
– Les courriers d’une des victimes adressés à Fleur Pellerin et Audrey Azoulay, alors ministres : jamais retrouvés !
– L’alerte à la médecine du travail : jamais relayée.
– Les allées et venues de « Christian N. » : incontrôlables. À ce propos, le personnel du ministère de la Culture sera heureux d’apprendre qu’un haut fonctionnaire n’a à justifier ni de son temps ni de son activité.
– Les entretiens de recrutement menés par « Christian N. », alors qu’aucun poste n’était vacant, n’ont alerté personne. 

Les questions légitimes des victimes n’ont toujours pas de réponse et, à notre connaissance, aucune enquête sérieuse n’a été diligentée par le ministère de la Culture pour comprendre comment un haut fonctionnaire a pu, en toute impunité, pendant plus de 10 ans, faire plus de 200 victimes au sein même du ministère et pendant son service.

Si vous avez été victimes ou connaissez des victimes, n’hésitez-pas à contacter les organisations syndicales du ministère.

Refusons de travailler plus, plus longtemps pour des revenus de misère !

Pour un droit à une vie hors emploi : retraite, chômage

Halte à la casse de nos droits salariaux !

Tout notre système de Sécurité sociale est aujourd’hui attaqué par le Capital…

Retraites, santé, famille et assurance chômage… L’ensemble de ce système solidaire conquis de haute lutte par les travailleur·euses est encore en grande partie financé par notre salaire à travers sa partie socialisée que sont les cotisations sociales.

Mais les dizaines de milliards d’exonérations décidées par l’État n’ont eu de cesse de le mettre à mal.

Jamais compensées et offertes au patronat au nom du sacro-saint coût du travail, le voilà le fameux déficit décrié. Le choix de saborder la Sécurité Sociale en sacrifiant ses recettes, relève de la cynique valorisation d’intérêts financiers d’une minorité en dépit de toute nécessité sociale et humaine.

Tant pis si au passage les retraites fondent. Tant pis si l’on meurt par manque de soin. Tant pis si la pauvreté ne cesse de croitre…

Continuer la lecture de « Refusons de travailler plus, plus longtemps pour des revenus de misère ! »

Avec plus de 2 millions de manifestants dans les rues de France, le 19 janvier est un succès incontestable qui en appelle d’autres

Le jeudi 19 janvier 2023 restera comme l’une des grandes dates de l’histoire sociale de notre pays.

Avec plus de 2 millions de manifestants, cette première journée de grève et de mobilisation intersyndicale et interprofessionnelle contre la réforme des retraites Macron-Borne est un succès incontestable.

Dans toute la France, dans des cortèges impressionnants, les travailleuses et les travailleurs sont venus exprimer dans l’unité et dans le calme leur rejet sans appel d’une réforme injuste et brutale.

Dans de très nombreux secteurs professionnels, les taux de grévistes affichaient des niveaux extrêmement élevés, à l’instar notamment des enseignants ou des électriciens-gaziers.

Partout dans ces manifestations, nos concitoyens ont pu une nouvelle fois entendre la voix de celles et ceux qui témoignent de services publics très dégradés.

Pour Paris et l’Ile de France, le cortège intersyndical Culture parti des Archives Nationales pour rejoindre République avait fière allure. Au ministère de la Culture, des taux de grévistes élevés ont entraîné la fermeture totale ou partielle de nombreux monuments, musées et services.

Une nouvelle journée de grève et de mobilisation est d’ores et déjà annoncée le 31 janvier prochain. Au ministère de la Culture, comme partout ailleurs dans le privé et le public, nous allons nous employer à l’extension et à l’amplification du rapport de forces.

L’intersyndicale Culture propose des rassemblements sur des sites Culture où les étudiants et les personnels avec leurs représentants sont invités à participer en prenant la parole pour dire en toute liberté leur travail, leurs missions, leur métier, leur pénibilité, leurs aspirations, leurs revendications à une bonne retraite.

Ces Forums d’Amplification de la Mobilisation auront lieu le midi de 12h30 à 13h30 et sont ouverts à tous. Les FAM sont :

Ø Le Mardi 24 janvier, sur le parvis du musée d’Orsay ;

Ø Le Mercredi 25 janvier, au Musée des arts décoratifs, côté jardins du Carrousel ;

Ø Le Vendredi 27 janvier, Parvis de la Bibliothèque nationale de France-François Mitterrand ;

Ø Le Lundi 30 janvier, dans la cour de l’école d’architecture de Belleville.

Ø Et partout en régions où cela est possible dans l’unité la plus large ;

L’intersyndicale Culture appelle les personnels du public comme du privé qui travaillent ensemble quotidiennement sur les sites du ministère de la Culture à se réunir dans des assemblées générales communes toute cette semaine pour amplifier la mobilisation.

L’intersyndicale Culture appelle à signer la pétition unitaire « Réforme des retraites : non à cette réforme injuste et brutale ! » : https://www.change.org/p/retraites-non-%C3 %A0-cette-r%C3 %A9forme-injuste-et-brutale-reformesdesretraites

Le gouvernement doit retirer ce projet de réforme contesté de toutes parts. C’est la seule réponse rationnelle face à l’immense colère des Français. Ensemble, solidaires et plus déterminés que jamais à ne rien lâcher, nous allons gagner ce combat pour l’avenir et le progrès social.

Amplifions la mobilisation

et gagnons le retrait du projet Macron des retraites à 64 ans !

Paris, le 23 janvier 2023

L’intersyndicale Culture se réunira le 26 janvier pour préparer ensemble la journée de mobilisation du 31 janvier. Bonne semaine de débats, d’actions, de luttes !