Contre l’apartheid sanitaire d’Israël ! Signez la pétition européenne !

Nous vous invitons à diffuser et faire largement signer la pétition que l’AFPS a lancée conjointement avec la Coordination européenne des Comités et Associations pour la Palestine (CECP). Cette pétition, adressée à Josep Borrell, dit non à l’apartheid sanitaire, particulièrement flagrant en cette période de vaccination anti-Covid, où Israël est montré en exemple alors qu’il ne remplit pas ses obligations de puissance occupante vis-à-vis de la population palestinienne :

https://secure.avaaz.org/community_petitions/fr/m_josep_borrell_hautrepresentant_de_lunion_europee_covid19_en_israel_et_palestine_non_a_lapartheid_sanitaire/

« PETITION. Dans l’actuelle période de pandémie, l’État d’Israël est parfois présenté comme exemplaire en termes de vaccination. Or il laisse sans soins et sans vaccins la population palestinienne du territoire qu’il occupe en Cisjordanie et à Gaza, ainsi que toute une partie de la population palestinienne de Jérusalem, tout en apportant ces services aux habitants des colonies illégales en Cisjordanie occupée.

Nous n’acceptons pas cette situation d’apartheid sanitaire, comme nous refusons la politique de colonisation, d’occupation, de blocus et d’apartheid qu’Israël fait subir au peuple palestinien.

Israël, qui est toujours la puissance occupante, doit fournir à la population qu’elle occupe les vaccins en même quantité et qualité qu’à sa propre population, ainsi que les équipements de test, de protection, de soins (médicaments et oxygène) au même niveau que la population israélienne. Et les prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes doivent être protégés de la même manière.

Nous demandons à l’Union européenne de rappeler fermement à Israël ses obligations de puissance occupante selon le droit international, en matière de santé, et de suspendre sa coopération avec Israël tant que ces obligations ne seront pas remplies. « 

Contre l’esclavage en Palestine !

Handala, témoin de l'histoire palestinienne, par Marina Da Silva (Les blogs  du Diplo, 7 juillet 2011)

Communiqué Union syndicale Solidaires

La plupart des travailleurs palestiniens de l’usine Yamit de filtration d’eau, sont en grève depuis le 1er janvier 2021 pour obtenir des conditions de travail décentes.

L’usine se situe dans l’une des 19 zones industrielles israéliennes illégales situées en Cisjordanie occupée, en l’occurrence celle de Nitzanei Shalom, à proximité de la ville palestinienne de Tulkarem. Les grévistes affirment vouloir être traités comme des êtres humains plutôt que comme des esclaves.

Leurs revendications sont les suivantes, selon les termes d’un accord qui avait déjà été négocié en novembre 2020, après une grève qui avait duré 20 jours :

  • Mesures de protection, santé et sécurité au travail, en particulier dans le contexte de la pandémie de Covid-19.
  • Congés maladie et congés payés comme les travailleurs israéliens.
  • Des salaires plus élevés et un fonds de pension qui garantit que leurs cotisations soient conservées jusqu’à leur retraite.
Continuer la lecture de « Contre l’esclavage en Palestine ! »

Non à l’annexion des territoires palestiniens de Cisjordanie

Image / illustration

Union syndicale Solidaires

Dans la foulée du « plan de paix » énoncé unilatéralement par Trump, le gouvernement israélien a décidé l’annexion d’une grande partie de la Cisjordanie et ce, dès le 1er juillet 2020.

Cette décision nie le droit des Palestinien-nes. La vallée du Jourdain, zone fertile pour les productions agricoles, déjà fortement soumise à la colonisation illégale est la ligne de mire principale de cette annexion. Ce faisant, le gouvernement israélien va renforcer le morcellement du territoire palestinien en Cisjordanie rendant illusoire les propositions de solutions pacifiques en particulier la création d’un Etat palestinien.
Les Palestinien-nes vont y perdre un peu plus leurs terres, leurs logements, un peu plus leurs possibilités de se déplacer librement dans un territoire éparpillé. Il-elles pourraient y gagner une citoyenneté de seconde zone, de colonisé-es, puisque les Palestinien-nes d’Israël ne sont pas des citoyen-nes égaux-ales, ce qu’a consacré le changement de constitution en 2018.

Ce plan d’annexion bafoue aussi le droit international et les résolutions de l’ONU comme le dénoncent plus de 1000 parlementaires dans 25 pays européens : https://agencemediapalestine.fr/blog/2020/06/26/lettre-conjointe-de-1-080-parlementaires-de-25-pays-europeens-aux-gouvernements-et-dirigeants-europeens-contre-lannexion-de-la-cisjordanie-par-israel/

Le seul moyen d’arrêter cette escalade c’est que chacun-e prenne ses responsabilités et cesse d’être complice avec cette politique de colonisation et d’apartheid :

Continuer la lecture de « Non à l’annexion des territoires palestiniens de Cisjordanie »

Déclaration de syndicats palestiniens en ce 1er mai

En ce premier mai, le mouvement syndical palestinien salue les travailleurs du monde entier, particulièrement tous les travailleurs essentiels mettant leur vie en jeu pendant cette pandémie de COVID-19. Nous rendons hommage à tous les travailleurs et à tous les militants que nous avons perdus à cause de ce virus. Cette pandémie a révélé à quel point notre travail collectif est essentiel, et pourtant sous-évalué et peu reconnu, pour le fonctionnement de l’économie mondiale.

Ici, en Palestine occupée, nous sommes confrontés à cette pandémie dans des conditions de discrimination coloniale, d’une occupation militaire et d’un siège de 13 ans dans la bande de Gaza. Des années de politiques de dé-développement économique systémique ont laissé aux Palestiniens une infrastructure de santé inadéquate, une économie en stagnation et des niveaux sans précédent de chômage, de plus de 34% en Cisjordanie et à Gaza avant l’épidémie de COVID-19 et qui ont depuis monté jusqu’à plus de 60%.

L’attaque sur nos conditions de vie même a été méthodique et continue. Les paysans et les travailleurs palestiniens sont les principales victimes des politiques d’Israël de confiscation des terres, de restrictions de mouvement et d’un système de permis discriminatoire. Cette pandémie exacerbe une situation déjà catastrophique. Pourtant, comme toujours, nous restons fermes et espérons que ce moment puisse aussi créer de nouvelles ouvertures, nous aidant à nous connecter à d’autres pour bâtir un pouvoir des travailleurs et un internationalisme renouvelé.

Continuer la lecture de « Déclaration de syndicats palestiniens en ce 1er mai »