ENSAN : Lettre ouverte à Madame la Sous-directrice à l’enseignement de l’architecture et de la recherche

Madame la Sous-Directrice,
Lors de la rencontre organisée le mardi 25 juin 2013 dans le cadre de la médiation, le comité de pilotage mis en place par le cabinet Lor’Médiation vous a présenté les difficultés de l’ENSA Normandie.

Il vous a été relaté les difficiles relations de travail entre la direction et le personnel administratif depuis plus d’un an et demi, les tensions gagnant peu à peu tous les services à la suite d’incidents répétés, y compris pendant l’intervention de la société de médiation. Les difficultés, dont les causes principales ont été soulignées dans le rapport de diagnostic établi par Lor’Médiation, renvoient en grande partie à un management inadapté, voire à un défaut de management nécessitant un accompagnement et des formations auprès de la direction.

Malgré l’action entreprise pour améliorer les relations de travail entre la direction et le personnel administratif : sensibilisation à la qualité des relations sociales, médiations individuelles et collective, réunions, la situation à l’ENSA Normandie ne cesse de se détériorer, le climat devenant chaque jour plus pesant, les conditions de travail plus douloureuses pour beaucoup d’agents.

A ce jour, le personnel administratif, via ses représentants, tient à vous informer des nouveaux incidents intervenus lors du C.A. du 2 juillet 2013.

Au cours de ce C.A., la directrice a vivement interpelé une représentante élue du personnel administratif sous le prétexte qu’elle prenait des notes. Elle lui a signifié une interdiction de prise de notes alors que celle-ci ne faisait qu’exercer sa mission de représentante élue du personnel administratif. La directrice a également fait référence à la séance de médiation individuelle entre elle-même et cette représentante du personnel, séance pendant laquelle la prise de notes lui avait été également reprochée. Enfin, à la stupéfaction de tous les membres du C.A., le Président du C.A. a commencé la lecture du rapport confidentiel concernant les médiations individuelles, lecture immédiatement stoppée par un représentant des enseignants afin d’empêcher la divulgation d’informations confidentielles.

Les jours suivants, ce même rapport confidentiel concernant les médiations individuelles a été transmis par voie de courriel par la directrice de l’ENSA Normandie à l’inspectrice hygiène et sécurité des affaires culturelles du Ministère de la Culture et surtout aux membres du comité de pilotage.
Ce non-respect de la confidentialité nous apparaît comme un comportement déloyal à l’égard des agents conviés aux médiations individuelles, d’autant que Lor’Médiation a longuement insisté sur ces différents points : respect de la confidentialité, rétablissement de la confiance, comportements respectueux, engagements bafoués alors même que la médiation n’est pas encore achevée.

Le personnel administratif, via ses représentants, constate que tous les efforts entrepris pour un règlement des difficultés ont été vains. Très inquiet de la situation actuelle et plus encore de celle à venir, il insiste auprès de la tutelle pour que celle-ci intervienne et apporte une solution rapide dans une situation de crise qui ne cesse de s’aggraver.

Veuillez recevoir, Madame la Sous-Directrice, l’expression de nos salutations respectueuses.

Pour le personnel administratif,
Les représentants syndicaux
Jean-Luc Chevallier, représentant SUD-Culture
Astrid Coconnier, représentante CGT-Culture
Sabine Dupuy, représentante SNEA-CGT -Culture
Isabelle Saint-Yves, représentante CFDT-Culture
Martine Tiphangne, représentante CGT-Culture

Enseignant-es non titulaires des écoles d’architecture (ENT)

Concernant la circulaire fixant le cadre de recrutement des enseignant-es non titulaires (ENT) pour la rentrée 2013-2014, SUD Culture exprime sa radicale et claire OPPOSITION.

Lors du dernier Comité Technique commun aux ENSA, SUD Culture a voté CONTRE la circulaire notamment CONTRE l’indice minimal majoré 309. Cet indice correspond au lissage sur 12 mois d’une rémunération au taux horaire de 52 € bruts !!!

Un-e ENT assurant un temps plein sur un besoin permanent (320h équivalent TD) serait rémunéré-e… 1140€ net par mois.

Un-e ENT à mi-temps recruté-e également sur un besoin permanent (160h équivalent TD – contrat majoritairement utilisé dans les écoles) sera rémunéré-e 570€ net par mois.

Un-e ENT à 70% d’un temps plein recruté sur un besoin pédagogique permanent (224h équivalent TD) sera rémunéré-e 800€ net par mois, sachant que le passage de 160h à 224 h est déjà aujourd’hui peu employé, et l’arrivée programmée du statut de « chargé-e d’enseignement » va empirer les choses.

On a connu restaurants fast food qui traitaient mieux leurs salarié-es !!!

Bien des ENT se trouvent dans l’obligation de se procurer un deuxième emploi voire font appel à la solidarité nationale par le biais du RSA activité !!!

CETTE SITUATION EST ABSURDE !

L’enseignement est un métier qui mérite d’être reconnu, à plus forte raison dans des écoles d’architecture où les étudiant-es sont les «laissé-es-pour-compte de l’enseignement supérieur» (- de 7500€ par étudiant et par an) voire de l’enseignement secondaire (10 000 euros en seconde dans les collèges et lycées).

Cette situation est d’autant plus INSENSÉE qu’elle a des répercussions sur la pédagogie elle-même : problèmes d’emploi du temps, désinvestissement de la vie et des instances des écoles, illisibilité des équipes et des programmes pédagogiques, fragilité des équipes, manque de coordination et de concertation, …

Exit alors les congés payés, droit acquis depuis 1936 !!! HONTE au cabinet de la Ministre qui, sous prétexte de concertation, nous convoque le 27 mai 2013 pour nous signifier le caractère « incontournable » de cet indice ! En langage technocrate,
comprenez « Circulez y a rien à négocier ».

Les ENT seront toutefois soumis-es aux MÊMES OBLIGATIONS DE SERVICE que les enseignant-es titulaires et associé-es. C’EST INACCEPTABLE !

Après le refrain, pourtant raillé par les socialistes, « Travaillez plus pour gagner plus », la Ministre de la Culture semble autoriser son cabinet à lancer le nouveau slogan de l’été « PLUS DE DEVOIRS POUR MOINS DE DROITS » …

Mais cela ne s’arrête pas là : un nouveau statut de « CHARGÉ-E D’ENSEIGNEMENT » calqué sur celui de l’enseignement supérieur vient se surajouter aux statuts existants. Utilisé marginalement à l’Université, nous savons que ce type de contrat va permettre la reconstitution rapide de l’ultra-précarité. Il bénéficiera aux ENSA qui, loin de le
proposer exceptionnellement à des intervenant-es ponctuelles, verront dans ce contrat une AUBAINE pour disposer d’un «flux» d’enseignant-es corvéables et jetables, mais cette fois, en toute légalité !

Pas de droits aux congés payés, pas de droits à une reconnaissance salariale correspondant au métier d’enseignant et à ses qualifications (minimum bac +5) , pas de droit à une reconnaissance de la place de l’enseignant-e comme partie prenante de la vie d’une école, tout juste le droit de se taire ou de louer la magnanimité d’un MCC
pourtant empêtré dans l’illégalité depuis de trop nombreuses années.

La Ministre Aurélie Filippetti doit nous recevoir et nous expliquer en quoi cette circulaire et les modalités d’application de la loi Sauvadet remplit son engagement de « défendre la qualité architecturale » 1.

SUD CULTURE REAFFIRME : À TRAVAIL ÉGAL, SALAIRE ÉGAL !

SUD Culture Solidaires – Juillet 2013

1. Discours prononcé lors de la Biennale de Venise le 28 août 2012 : «Défendre la qualité architecturale, c’est aussi l’utiliser, à l’instar de notre patrimoine culturel, comme un levier de l’attractivité de notre territoire et contribuer ainsi au développement économique de notre pays.»

Harcèlement moral à l’école d’architecture de Grenoble

2013 05 Communiqué Sud ENSAGL’Etat a été condamné pour faute lourde par le tribunal administratif
de Grenoble dans une affaire de harcèlement moral au sein de l’Ecole
nationale supérieure d’architecture de Grenoble, mettant en cause le
directeur de l’établissement.
Le Directeur de l’époque est aujourd’hui Directeur de L’Ecole
nationale supérieure d’architecture de Versailles (ENSAV) et PRESIDENT
DU COLLEGE DES DIRECTEURS DES ECOLES NATIONALE SUPERIEURE
D’ARCHITECTURE (ENSA).
Quelle suite sera donnée par la Direction générale des patrimoines aux
agissements de l’ancien directeur de l’ENSAG, qui « ont excédé les
limites de l’exercice normal du pouvoir hiérarchique et sont
constitutifs du harcèlement moral ».

Le déménagement du Service Territorial de l’Architecture et du Patrimoine de l’Hérault ou « quand UBU croise COURTELINE »…

Le Service Territorial de l’Architecture et du Patrimoine de l’Hérault est installé 5 Impasse Enclos
Tissié Sarrus à Montpellier depuis le 1er septembre 2000. Devenu Unité Territoriale de la Direction
Régionale des Affaires Culturelles en 2010, son déménagement à l’hôtel de Noailles, au sein de la
direction était planifié à l’issue des travaux d’aménagement des locaux, courant juin 2012…

Lisez la suite ci-dessous.

Archives nationales : les ministres changent, les projets et les méthodes perdurent

Le 11 novembre dernier SUD Culture Solidaires dénonçait le comportement déshonorant du ministère de la Culture prêt à passer en force et à fouler aux pieds les droits syndicaux pour réussir coûte que coûte l’installation de la Maison de l’Histoire de France dans les locaux des Archives Nationales, projet pourtant condamné de toutes parts.

Aujourd’hui, rien n’a changé. Le déménagement au pas de charge des Archives Nationales par la Direction Générale des Patrimoines qui convoque 3 heures avant, les organisations syndicales pour une réunion « relative aux modalités d’accompagnement de l’ouverture du centre des Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine », en dit long sur sa volonté de conclure ce dernier caprice présidentiel au plus vite.

Le combat des agent-es des Archives qui bloquent le site de Pierreffite, ne traduit pas autre chose que leur volonté d’avoir leur mot à dire sur un projet qu’elles/ils seront, de par leurs fonctions, les premiers à mettre en œuvre. Construire une fonction publique d’État moderne, comme le prétend le gouvernement, ne saurait se résumer à transformer les agent-es du service public en simples exécutant-es ne devant avoir aucune opinion sur l’objectif de leurs missions et de leur travail.

Au-delà du test que représente pour le nouveau ministère la résistance des agent-es des Archives nationales à ce projet désastreux et nauséabond, c’est la capacité même de résistance de l’ensemble des agent-es du ministère qui se joue ! Face à une administration soi-disant modernisée, sans âme et sans scrupule, animée par la seule raison technocratique, le courageux combat de nos collègues des Archives est un exemple à méditer pour toutes et tous.

Solidaire avec nos camarades de la CGT des Archives Nationales en grève, SUD Culture Solidaires ne participera plus aux réunions sur les Archives Nationales avant toute discussion avec la nouvelle Ministre sur le sujet.

Le 25 mai 2012,
SUD Culture Solidaires

Motion du comité technique de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg

L’École Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg est une école ouverte à l’international. L’accueil d’étudiants étrangers est une richesse pour l’école, son enseignement et ses laboratoires de recherches.
La venue d’étudiants étrangers et leur emploi à l’issue de leurs études est essentielle pour l’attractivité de notre pays et la diffusion de sa culture.

Les membres du comité technique de l’ENSAS constatent que la mise en
œuvre de la circulaire du 31 mai 2011 sur la maîtrise de l’immigration
professionnelle a pour effet de rendre extrêmement difficile le renouvellement du titre de séjour des étudiants étrangers, et leur changement de statut pour ceux d’entre eux qui se voient proposer un contrat de travail à l’issue de leurs études.
Il observe que la circulaire du 12 janvier 2012 n’a pas changé cette situation.

Ils demandent donc le retrait de la circulaire du 31 mai 2011 et le retour à une politique d’accueil conforme aux valeurs de citoyenneté et de fraternité de notre pays.

Strasbourg, le 23 mars 2012.