Musée du Louvre : SUD Culture boycotte le CHSCT

Aujourd’hui SUD Culture Solidaires n’a pas siégé au CHSCT du Musée du Louvre consacré à la mise en place du passe sanitaire car notre organisation syndicale s’oppose totalement et sans équivoque à cette mesure d’une violence inouïe, qui est tout sauf ce qu’elle prétend être (une mesure de la protection de la santé au travail). Car ce dont il est question, c’est bel et bien de la soumission des personnels à un contrôle inédit sur leurs corps et à la levée du secret médical. 

Comment discuter des modalités de mise en place du passe sanitaire qui va contraindre dans leur travail et punir des agentEs qui depuis des mois subissent les pertes des salaires, la dégradation des conditions de travail, l’aggravation des risques psycho-sociaux ? A deux jours du CHSCT ministériel et à une semaine de l’arrivée d’une nouvelle direction, cette instance ne permettait aucune avancée pour les personnels.

Une mesure de protection ? Alors pourquoi ces agentEs « exposéEs au public » (puisque tel est le critère de division décrété par le gouvernement) n’ont jamais été équipéEs d’outils de protection adéquats (les masques FFP2 entre autres) que notre syndicat réclame à chaque CHSCT depuis le début de la crise COVID? Ces mêmes agentEs qui continuent chaque matin et chaque soir à prendre les transports surchargés ?

Soyons lucides, ce passe n’est rien d’autre qu’un passe de relance économique et sociale, appliqué d’une manière brutale et autoritaire. Et qui donc NE PASSE PAS.

Rendez-vous lundi 30 août à l’oratoire : HMI aérée !

Manifestant-es couleur Solidaires

Passe sanitaire et obligation vaccinale : La CGT, Solidaires, et la FSU saisissent le Conseil constitutionnel pour la défense des droits fondamentaux des travailleuses et travailleurs

Si la vaccination a fait ses preuves depuis des années, elle ne peut se faire dans n’importe quelles conditions et à n’importe quel prix. C’est par l’information, la pédagogie, le débat que les doutes peuvent être levés et non par la menace et la contrainte.
Plusieurs organisations dont la CGT, Solidaires, et la FSU ont déposé aujourd’hui auprès du Conseil constitutionnel une contribution extérieure sur la loi relative à la gestion de crise sanitaire. Pour nos organisations, cette loi s’attaque à plusieurs grands principes constitutionnels :

  • le droit à l’emploi,
  • l’égalité et l’interdiction de discrimination,
  • le respect de la vie privée et le droit à la protection sociale et de la santé publique.

Derrière la mesure emblématique de rendre obligatoire la vaccination des personnels soignants, plusieurs dispositions remettent en cause nos droits fondamentaux. Parmi celles-ci, l’accès à certains lieux recevant du public va être conditionné à la détention d’un “passe sanitaire” pour les personnes les fréquentant et pour les salarié.e.s y travaillant.
Dans ce cadre, la loi va notamment renforcer la subordination des salariés en octroyant aux employeurs des nouvelles dispositions disciplinaires non encadrées et ne pouvant être contrôlées ni par l’inspection du travail ni par la médecine du travail. Elle va créer ou accentuer anticonstitutionnellement de nouvelles discriminations entre salarié.e.s, en fonction de la nature de leur contrat de travail, du poste occupé ou de la branche professionnelle et du lieu dans lesquelles ils exercent leur profession.
Pour ces raisons, le Conseil constitutionnel ne peut que déclarer l’inconstitutionnalité de la loi et invalider les dispositions discriminatoires qui portent atteinte à nos droits fondamentaux.

Pour nos organisations, l’endiguement de la pandémie relève des politiques de prévention et de santé publique, plutôt que de le renvoyer à la responsabilité des seuls individus.
Pour cela, il faut des moyens pour l’hôpital public, les services de santé au travail, les personnels et lever les brevets des vaccins … tout le contraire de ce qui a été fait pendant la crise sanitaire.

Sans préjuger des décisions qui seront prises par le Conseil constitutionnel, nos organisations restent mobilisées et appellent les travailleuses et travailleurs à s’organiser sur leurs lieux de travail afin de faire respecter l’obligation faite aux employeurs de prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et préserver la santé physique ou mentale des salarié.e.s.

Paris, le 3 août 2021

Oui à la vaccination, non au passeport sanitaire et aux licenciements !

Communiqué Union syndicale Solidaires

Face à cette pandémie mondiale, l’Union syndicale Solidaires réclame depuis des mois la levée des brevets et l’accès au vaccin pour tous les pays afin que l’ensemble de la population mondiale puisse y avoir accès.

La vaccination, un des outils de lutte contre la pandémie, ne peut occulter l’incurie gouvernementale en matière de moyens humains et matériels pour les hôpitaux. Elle ne doit pas non plus être un prétexte à l’explosion d’un discours anti-scientifique voire complotiste, ni à stigmatiser les personnes qui craignent encore de se faire vacciner.

Les craintes sur la vaccination peuvent exister, liées au légitime manque de confiance envers ce gouvernement. Il faut des moyens humains massifs d’accompagnement pour répondre aux questions qui peuvent se poser.

Continuer la lecture de « Oui à la vaccination, non au passeport sanitaire et aux licenciements ! »

Pass sanitaire, réformes : quoiqu’il nous en coûte ?

Communiqué SUD Culture Solidaires

Lors de son discours du 12 juillet, Emmanuel Macron a annoncé la généralisation du pass sanitaire et le retour de ses réformes antisociales. Le pass sanitaire sera notamment nécessaire pour accéder aux lieux culturels dès le 21 juillet Une mesure d’injustice sociale. Une rupture d’égalité.

Ci-git l’émancipation par la culture

La couverture vaccinale est inégale en fonction de la classe sociale et du lieu de résidence. Plus on est pauvre, plus on est isolé-e, moins on est vacciné-e. Aussi, l’obligation de présenter un pass sanitaire pour fréquenter les lieux culturels en éloigne un peu plus les classes populaires, déjà « empêchées ». Et certains lieux pourraient même y perdre leur âme, si l’on songe par exemple aux bibliothèques municipales, dont l’accès est par nature libre et inconditionnel.

Pass sanitaire vs politique de santé publique ?

Plutôt que de mettre en place une vraie politique de santé publique qui permette aux populations les plus précarisées de se faire dépister, vacciner, soigner, Emmanuel Macron a choisi la menace et la coercition. La fin de la gratuité des tests PCR est à ce titre une absurdité de plus. L’accès à la vaccination doit être réel pour tout-es quel que soit sa classe sociale ou son lieu de résidence. Mais à quoi bon convaincre et donner les moyens lorsque l’on peut contraindre et exclure ?

Pass sanitaire dans la Culture : précipitation et incertitudes

Entre annonces péremptoires d’Emmanuel Macron, recadrage d’Olivier Véran et navigation à vue du Ministère de la Culture, c’est une véritable cacophonie. Ainsi, le ministre de la santé déclare que les salarié-es des lieux culturels auront jusqu’au 30 août pour se faire vacciner, alors que le même jour le Ministère de la Culture assure qu’il n’est pas question d’obligation vaccinale des agent-es de la Culture.

Ce qui est sûr, c’est que la culture va de nouveau faire les frais de cette précipitation. La mise en œuvre en une semaine de ce pass sanitaire va génèrer bien des difficultés pour l’ensemble des lieux culturels et autres festivals. Nombre d’entre eux ne disposent ni du matériel pour effectuer le contrôle, ni même des effectifs.

Cette mesure risque de créer de fortes tensions entre les visiteurs/euses, notamment celles et ceux qui seront recalé-es, et les personnels chargés du contrôle. D’autant que le pass sanitaire n’a de valeur qu’au sein de l’Union Européenne, les ressortissant-es extra-Européen-nes devront présenter un test PCR ou antigénique, une complication de plus.

Qui devra faire ces vérifications ? Vraisemblablement les salarié-es « essentiel-les », les premiers/ères de corvée, déjà à bout de nerfs après 1 an et demi à devoir travailler sans équipements de protections fiables tandis que d’autres étaient abrité-es…

SUD Culture réclame depuis le début de la crise la sanitaire, la mise à disposition de masques FFP2 pour les personnels. Une mesure de prévention efficace à laquelle n’a jamais fait droit le Ministère de la Culture, qui a opté, sur ordre gouvernemental, pour des dotations de masques en slip dont les normes ont été créées en cours de pandémie alors que la pénurie faisait rage.

La réforme de l’assurance chômage et des retraites, le deuxième coup de massue !

Emmanuel Macron profite de son annonce sur le pass sanitaire pour imposer en catimini le retour de ses « réformes » libérales des retraites et de l’assurance chômage. Par l’occupation des lieux culturels au printemps dernier, le monde de la Culture et les précaires avaient déjà affirmé leur refus catégorique de ses réformes. Encore une fois, E. Macron fait fi des luttes sociales et des salarié-es pour imposer de manière autoritaire ses conceptions libérales : faire des économies sur les plus précaires et sur le dos des salarié-es.

SUD Culture Solidaires dénonce l’ensemble des mesures annoncées par Emmanuel Macron. Nous refusons de vivre dans un monde autoritaire où un individu seul impose à l’ensemble de la population sa vision libérale du monde !

Vaincre le virus, préserver nos droits et libertés, changer le système

Nous faisons face au développement du variant delta. La vaccination est un élément clef pour stopper ou limiter les dégâts de l’épidémie. Mais le gouvernement, par le biais du pass sanitaire, adopte une démarche autoritaire. Pire, il n’annonce que des mesures de régression sociale et rien sur la crise écologique.

Vaccination et pass sanitaire

La vaccination obligatoire de certaines professions sert à cacher l’incurie du gouvernement depuis le début de la pandémie. Alors que les personnels de santé ont été exposé-es sans protection, sans matériel adéquat pendant de nombreux mois, c’est la culpabilisation sur la vaccination, voir le licenciement qui leurs sont imposés. Les héros et héroïnes d’hier, qui étaient sommé-e-s de travailler auprès des patient-e-s même quand ils/elles étaient positives au covid, sont stigmatisé.es aujourd’hui.

Les cartes de vaccination en région parisienne montrent que ce sont les villes ou les quartiers les plus riches où la vaccination est la plus importante. Cela révèle à quel point l’accès à la vaccination reste une question sociale. Le pass sanitaire qui restreint les libertés et la vie sociale est bien aussi une mesure inégalitaire et antisociale.

Continuer la lecture de « Vaincre le virus, préserver nos droits et libertés, changer le système »