SOLIDARITÉ AVEC LES OCCUPANT.ES DE L’ODEON

SUD Culture Solidaires Secteur Spectacle Vivant

Aujourd’hui 8 Mars 2021, la journée internationale de lutte pour les droits des femmes prend une dimension toute particulière en pleine crise sanitaire. Rien d’étonnant à cela, donc, que l’une des revendications importantes portées par les occupant.es du Théâtre de l’Odéon soit un meilleur accès, pour toutes les salariées du secteur, au congés-maternité.
Nous soutenons bien sûr cette revendication, ainsi que l’ensemble des revendications portées par nos camarades qui occupent le Théâtre de l’Odéon. En particulier l’ouverture immédiate de négociations pour la réouverture des lieux de culture.

Mais aussi la prorogation de l’année blanche pour tou.tes les intermittent.es du spectacle, et surtout, son élargissement à l’ensemble de tous les chômeurs et de toutes les chômeuses. Et si nous prenons comme un signal encourageant le fait que La Ministre de la Culture, Roselyne Bachelot soit venue à la rencontre des occupant.es du Théâtre de l’Odéon samedi soir pour écouter leurs revendications, nous ne sommes pas assez naïf.ves pour penser qu’un seul signal (aussi fort soit-il) soit suffisant pour que nous abandonnions la lutte. Car aucun signal à ce jour ne nous laisse penser en revanche que le gouvernement ait prévu d’abandonner sa contre-réforme de l’assurance-chômage (qui devrait s’appliquer à partir du 1er juillet) ni celle des retraites. Or nous savons bien que ces réformes, si elles sont maintenues, auront des effets désastreux et sans précédent sur la paupérisation de
celles et ceux qui sont d’ors et déjà parmi les plus précaires.

Continuer la lecture de « SOLIDARITÉ AVEC LES OCCUPANT.ES DE L’ODEON »

Contre l’esclavage en Palestine !

Handala, témoin de l'histoire palestinienne, par Marina Da Silva (Les blogs  du Diplo, 7 juillet 2011)

Communiqué Union syndicale Solidaires

La plupart des travailleurs palestiniens de l’usine Yamit de filtration d’eau, sont en grève depuis le 1er janvier 2021 pour obtenir des conditions de travail décentes.

L’usine se situe dans l’une des 19 zones industrielles israéliennes illégales situées en Cisjordanie occupée, en l’occurrence celle de Nitzanei Shalom, à proximité de la ville palestinienne de Tulkarem. Les grévistes affirment vouloir être traités comme des êtres humains plutôt que comme des esclaves.

Leurs revendications sont les suivantes, selon les termes d’un accord qui avait déjà été négocié en novembre 2020, après une grève qui avait duré 20 jours :

  • Mesures de protection, santé et sécurité au travail, en particulier dans le contexte de la pandémie de Covid-19.
  • Congés maladie et congés payés comme les travailleurs israéliens.
  • Des salaires plus élevés et un fonds de pension qui garantit que leurs cotisations soient conservées jusqu’à leur retraite.
Continuer la lecture de « Contre l’esclavage en Palestine ! »