5 décembre contre le chômage et la précarité!

Communiqué des vacataires de la BPI

Les travailleurs.euses précaires de la Bibliothèque Publique d’information, après avoir pris part à la grève pour défendre les retraites, sont mobilisé.es depuis la réouverture de la bibliothèque au public au mois de juillet 2020.

Les travailleurs.euses précaires de la Bibliothèque Publique d’information, après avoir pris part à la grève pour défendre les retraites, sont mobilisé.es depuis la réouverture de la bibliothèque au public au mois de juillet 2020. En effet, l’établissement ne couvrait pas les jours d’isolement liés à la situation COVID si les travailleurs/ses n’avaient pas cumulés 4 mois d’ancienneté. Les contrats étaient de 6 mois, alors qu’ils couvrent des besoins permanents, assurant un turn over idéal pour payer un minimum d’allocations chômages aux ex employés, et suivis d’une durée de carence de 2 ans. A la suite du confinement, dans le contexte de crise et avec les mesures sanitaires qui devaient être appliquées dans le cadre des tâches en rapport avec l’accueil du public et le rangement des livres, nous ne pouvions plus accepter la précarité de nos mini contrats (normalement 60h par mois à 8€/h net mais parfois moins si le nombre d’heures réellement faites est inférieure).

Nous avons dû faire grève au mois de septembre pour obtenir de la direction un plan sanitaire en temps de crise pour le personnel contractuel de la bibliothèque. La direction n’avait pas à être très fière de sa gestion, nous étions “le trou dans la raquette” de l’établissement. Avant cela, la négligence de la direction à notre égard témoigne du réel mépris affiché par rapport à ces travailleurs/ses de seconde zone.

Continuer la lecture de « 5 décembre contre le chômage et la précarité! »

Préavis de grève de l’intersyndicale Culture à la Bpi

logos de la CGt Culture, du SNAC FSU Culture, du SNSC UNSA, et de Sud Culture Solidaires.

À l’attention de Roselyne Bachelot-Narquin
Ministre de la Culture

Objet : dépôt d’un préavis de grève intersyndical illimité pour le personnel de la Bibliothèque publique d’information.

Madame la Ministre,

Comme cela vous a déjà été exposé dans notre courrier intersyndical, la Bibliothèque publique d’information connaît depuis de nombreuses années des problèmes importants de précarité. En effet, la direction de la Bpi a décidé d’établir uniquement des CDD de six mois, non-renouvelables, pour assurer les tâches d’accueil ou de rangement des documents, pour un temps de travail incomplet compris entre cinquante et soixante-quinze heures par mois. Ce qui fait que ces agent-e-s perçoivent un salaire de base de 450 à 600 euros par mois, ce qui, en particulier en région parisienne, ne permet pas de vivre ni de se loger décemment.

Continuer la lecture de « Préavis de grève de l’intersyndicale Culture à la Bpi »

Motion de soutien du Comité National de Solidaires au personnel de la BPI

L’union syndicale Solidaires réunie en comité national apporte tout son soutien au personnel de la Bibliothèque publique d’information, à Paris, qui est en grève aujourd’hui, jeudi 10 septembre 2020, afin de dénoncer la situation inacceptable des agent-e-s précaires de cet établissement.

Continuer la lecture de « Motion de soutien du Comité National de Solidaires au personnel de la BPI »

Courrier intersyndical à la ministre de la Culture concernant les agent.es précaires de la BPI

Intersyndicale CGT-FSU-SUD-UNSA du ministère de la Culture

Aujourd’hui, jeudi 10/09/2020, le personnel de la Bibliothèque public d’information est en grève.

Il dénonce la situation très difficile des agent.e.s précaires de cet établissement.

Car si la Bpi peut fonctionner et accueillir du public, en particulier en cette période compliquée, c’est parce qu’elle emploie plusieurs dizaines de précaires sur des CDD de 6 mois non-renouvelables à temps incomplet (35-40 % d’un temps plein), pour un salaire de misère allant de 450 à 600 euros.

Continuer la lecture de « Courrier intersyndical à la ministre de la Culture concernant les agent.es précaires de la BPI »

Lettre ouverte des biblioprécaires en lutte de la BPI

Voici ci-dessous le nouveau communiqué des précaires de la Bibliothèque publique d’information qui ont été en grève le jeudi 10/09, avec le soutien de leurs collègues titulaires et qui sont toujours en lutte.

Leurs contrats se terminent pour une partie dans 3 jours, le 14/09, il faut donc maintenant que la direction de la Bpi et que la ministre de la Culture interviennent et mettent en oeuvre une prolongation immédiate des contrats de ces agent-e-s précaires. C’est la responsabilité sociale du ministère de la Culture qui est engagé, car un plan social déguisé à la Bpi en pleine crise sociale et sanitaire serait inacceptable.

Continuer la lecture de « Lettre ouverte des biblioprécaires en lutte de la BPI »

La précarité n’a pas sa place à la Bpi

Les agent-e-s du ministère de la Culture connaissent depuis des années de graves problèmes de précarité, corollaire du sous-effectif qui est la conséquence des politiques de suppression massive d’emplois. Même si les organisations syndicales et les personnels ont pu, après des années de lutte, régler certaines des situations de précarité qui existaient et gagner des améliorations pour de nombreux-ses contractuel-les, des cas problématiques demeurent.

Un exemple criant du recours abusif aux emplois précaires au sein du ministère de la Culture est le cas de la Bibliothèque publique d’information (Bpi) à Paris, établissement public qui recrute régulièrement des précaires sous contrats à durée déterminée de six mois, non-renouvelables, pour travailler entre 50 et 75 heures par mois, pour un salaire de 450 à 600 euros, alors que ces agent-es remplissent des besoins permanents et devraient donc être en Contrats à Durée Indéterminée. De plus, ces précaires sont victimes de difficultés par rapport aux droits à la formation, aux congés payés, aux arrêts-maladies, au remboursement des titres de transport, etc…

Continuer la lecture de « La précarité n’a pas sa place à la Bpi »

Courrier intersyndical au sujet des précaires de la BPI

Objet : situation des agent-e-s précaires de la Bibliothèque publique d’information dans le cadre de la crise sanitaire actuelle.

Monsieur le Ministre,

Le 13 février dernier, nos organisations syndicales vous ont contacté pour dénoncer la situation de précarité inacceptable subie par les agent-e-s contractuel-le-s à temps incomplet de la Bibliothèque publique d’information.

En effet, depuis de nombreuses années, cet établissement établit des CDD de six mois, non-renouvelables (avec la pratique d’une période de carence de deux ans avant une éventuelle nouvelle embauche), pour assurer les tâches d’accueil ou de rangement des documents. Ces contrats sont établis à temps incomplet, pour un temps de travail compris entre soixante et soixante-dix heures par mois, soit 40 % à peu près d’un temps plein. Or, ces postes, qui correspondent à des missions essentielles de la Bpi, relèvent de besoins permanents à temps incomplet, ainsi que le spécifient explicitement les contrats, fondés sur l’article 6 de la loi n° 84-16. Mais, en recourant à des CDD (plutôt qu’à des CDI), sur des quotités très inférieures à 70 % et en imposant une période de carence de deux ans, la Bpi ne respecte pas l’instruction ministérielle du 27 juillet 2015, toujours en vigueur et que vous avez vous-même renouvelée.

Nous vous demandions l’organisation rapide d’une réunion de négociation afin de mettre fin à cette situation et de mettre en œuvre des solutions pour la stabilisation de ces agent-e-s précaires et leur passage en CDI.

Malgré plusieurs relances de notre part auprès de vous et de votre cabinet, cette réunion n’a jamais eu lieu. De plus, bien que la secrétaire générale nous a assuré à plusieurs reprises que ce dossier était en cours d’instruction, nous n’avons jamais eu de réponse.

Continuer la lecture de « Courrier intersyndical au sujet des précaires de la BPI »

LUNDI 3/02, JOURNEE DE MOBILISATION A LA CULTURE CONTRE LA PRECARITE ET POUR NOS RETRAITES :

Le ministère de la Culture est un ministère qui se signale, depuis des années, par le nombre très important de contractuel-le-s qu’il compte dans son personnel. Ainsi, à peu près la moitié des agent-e-s de ce ministère, soit plus de 7 000 agent-e-s, sont des non-titulaires, avec des situations et des statuts très variés, mais avec beaucoup de précarité, que ce soit par rapport à la durée des contrats, par rapport aux quotités de temps de travail et donc aux salaires, par rapport aux droits sociaux ou par rapport à la possibilité d’évoluer professionnellement.

Continuer la lecture de « LUNDI 3/02, JOURNEE DE MOBILISATION A LA CULTURE CONTRE LA PRECARITE ET POUR NOS RETRAITES : »