Nous allons gagner !

Union syndicale Solidaires

Passage de la loi par l’utilisation du 49.3, interview télévisée de Macron le 22 mars à la veille de la manif, tentative de discréditer la mobilisation et violences policières partout : nous le voyons, le pouvoir est fébrile.

Depuis quelques jours, la lutte pour défendre nos retraites est entrée dans une nouvelle phase avec un regain de forces : multiplications des grèves et débrayages, des actions intersyndicales de blocage de l’économie. Les 3,5 millions de manifestant.es jeudi 23, un record, montrent bien que la mobilisation est massive et déterminée.

Face à un raz-de-marée social, le gouvernement mise sur une répression policière d’une violence inouïe qui rappelle les violences policières subies dans les quartiers populaires, contre les syndicalistes depuis la loi Travail ou contre les Gilets jaunes. Solidaires condamne ces violences qui ne font que renforcer notre détermination.

L’intersyndicale nationale interprofessionnelle est unie. Elle invite à continuer la mobilisation, en particulier en faisant du mardi 28 mars une nouvelle grande journée de grève et de manifestation.

Nous avons les moyens de gagner même après l’adoption du texte, comme cela a été le cas par exemple avec le CPE (Contrat Première Embauche). La colère contre la dégradation des conditions de travail et des niveaux de salaires depuis de nombreuses années -encore aggravés par l’inflation- renforce notre mobilisation. La priorité est de mettre en œuvre des politiques publiques pour la transformation sociale et écologique de la société.

Nous sommes en capacité aujourd’hui de gagner le retrait de la réforme des retraites, brutale, injuste et injustifiée. Cette victoire en entraînera d’autres sur nos salaires, l’assurance chômage, le RSA, les minimas sociaux, sur les droits des étranger-es, sur les réponses urgentes à apporter à la crise écologique.

La force et la justice sociale sont du côté de toutes celles et ceux qui se battent contre cette réforme injuste et brutale.

L’Union syndicale Solidaires appelle à renforcer le plus possible la mobilisation chaque jour, par la grève, par des rassemblements et manifestations, par des actions de blocage de l’économie.

Liberté pour Camille (et tou·te·s les autres)! Stop à l’acharnement policier et judiciaire

Notre amie, collègue et camarade Camille a été arrêtée jeudi 23 mars, vers 16h, alors qu’elle manifestait contre la réforme des retraites et le mépris du gouvernement.

Lors d’une charge de CRS, Camille chute dans le reflux de la foule. Au sol, elle est saisie et violemment traînée sur plusieurs mètres par deux CRS, puis menottée.

Dès lors, l’acharnement policier commence :

Camille est placée à 16h30 en garde à vue. Prise en charge par la legal team, elle décide en connaissance de cause de ne donner ni empreintes digitales, ni ADN, ni codes de déverrouillage de son téléphone.

Vendredi, c’était prévisible, sa garde à vue est prolongée de 24h.

Plusieurs chefs d’inculpation pèsent sur notre camarade : refus de prise d’empreintes, refus de donner son code de téléphone, participation à un groupement formé en vue de participer à des actes de violences et dégradations, et participation à une manifestation avec visage dissimulé.

Le lendemain, samedi 25 mars, un rassemblement est organisé devant le commissariat du 1er arrondissement. Après 45h de garde à vue, Camille est déferrée au Tribunal de Grande instance, où elle subit l’épreuve de la comparution préalable, face au juge des libertés et de la détention. Le magistrat confirme alors sa mise en détention provisoire. Elle est en ce moment et pour les deux prochains jours incarcérée à la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis.

Elle passera lundi en comparution immédiate, à 13h30 au TGI (Porte de Clichy) car elle a refusé de donner ses empreintes, mais son dossier est béton et, d’après son avocate, elle sera relâchée ensuite.

Continuer la lecture de « Liberté pour Camille (et tou·te·s les autres)! Stop à l’acharnement policier et judiciaire »

Retraites : BnF bloquée par le personnel ce jeudi 16 mars !

Intersyndicale BnF CGT- SUD Culture

Bibliothèque nationale de France bloquée par l’action du personnel en grève contre la réforme des retraites!

Face au passage en force de la réforme des retraites malgré l’opposition massive de la population, les personnels de la BnF réunis en assemblée générale ce mardi 14 mars ont décidé d’intensifier la mobilisation.

Ce jeudi 16 mars 2023, le site François Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France est bloqué par le personnel gréviste, en protestation.

Nous appelons l’ensemble des agents à poursuivre la grève ces jeudi 16 mars et vendredi 17 mars, et à participer massivement aux manifestations et actions.

Cette réforme injustifiée et brutale ne doit pas passer, elle est rejetée par une très large majorité de la population. Il existe les ressources nécessaires dans un pays comme la France, pour une retraite à 60 ans après avoir cotisé 37,5 annuités.

On bloque tout, on lâche rien, on ira jusqu’au retrait !

Le 15 mars, un moment très important de notre démocratie


Le 11 mars 2023, à l’occasion de cette septième journée de mobilisation, ce sont à nouveau des centaines de milliers de salarié.es, jeunes, retraité.es qui se sont mis en grève et qui sont descendus dans la rue pour une nouvelle fois dire « non ! » au départ à la retraite à 64 ans et à l’allongement de la durée de cotisation.

Parce que l’Intersyndicale Culture entend faire grandir le rapport de force en complément des mobilisations en cours et que l’immense majorité de la population reste déterminée à dire « non ! » à ce projet de loi, elle demande solennellement au gouvernement d’organiser une consultation citoyenne à ce sujet dans les plus brefs délais.

Parce que l’Intersyndicale Culture entend faire grandir le rapport de force en complément des mobilisations en cours et que l’immense majorité de la population reste déterminée à dire non à ce projet de loi, elle demande solennellement au gouvernement d’organiser une consultation citoyenne à ce sujet dans les plus brefs délais.

Continuer la lecture de « Le 15 mars, un moment très important de notre démocratie »

Une semaine décisive. Reconduire, bloquer, gagner !

Union syndicale Solidaires

Depuis samedi soir, le gouvernement répète que l’adoption de la réforme par le Sénat … après avoir utilisé l’article 44-3 (vote bloqué) est une victoire. Il se raccroche à ce qu’il peut pour essayer de trouver une pseudo légitimité face à la majorité de la population qui rejette ce recul social. Aucune surprise pourtant que cette assemblée de droite ait validé ce projet de loi car elle correspond à son programme tout en préservant son très avantageux régime de retraite.

Le gouvernement compte sur l’adoption rapide du texte, pensant que le mouvement social dans la rue reculera ! Il se trompe !

Après un 7 mars massif, partout en France la grève continue et les actions se multiplient. Cette semaine s’annonce très importante avec le retour de la réforme à l’Assemblée nationale. C’est le moment de rejoindre la grève, de la renforcer, de l’étendre à de nouveaux secteurs.

La grève continue et est ancrée dans le ferroviaire, le trafic est très fortement perturbé! Le taux de grévistes sera en hausse cette semaine. La grève se poursuit également dans l’aérien, les raffineries, dans l’électricité et les industries gazières, dans l’éducation, dans certains secteurs de l’industrie, de la chimie, dans le verre, dans la filière déchet (plus aucun incinérateur en fonction à Paris), dans les entrepôts Intermarché.

Solidaires appelle les salarié-es à se réunir en assemblées générales pour décider de la reconduction et de l’élargissement de la grève dans tous les secteurs, entreprises et administrations.

La semaine est décisive ! Nous devons toutes et tous rejoindre la grève ! Et envahir les rues sur tout le territoire mercredi 15 mars !

Non à la réforme des retraites ! En manif samedi 11 mars !

Les personnels de la Cité de la Musique Philharmonie de Paris, de l’Établissement Public du Parc et de la Grande Halle de la Villette, du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris soutenus par leurs instances syndicales et réunis en assemblée générale le mercredi 8 mars, s’opposent à la réforme des retraites et au report de l’âge légal à 64 ans. La majorité sénatoriale a adopté, dans la nuit de mercredi à jeudi, l’article 7, le report de l’âge légal de départ à la retraite de 62 à 64 ans, par 201 voix contre 115 et 29 abstentions. Parmi ces abstentions et ces votes contre se trouve des sénateurs des républicains et de l’union centriste. La mobilisation massive de tous à travers le pays fait se fissurer les votes de la droite. Le gouvernement n’est aujourd’hui pas assuré d’un vote majoritaire à l’Assemblée nationale. Le recours au 49.3 serait un déni de démocratie.

Nous appelons tous les salariés de nos établissements à se rendre massivement à la manifestation du Samedi 11 mars 14h et à venir tracter auprès de nos publics le samedi soir à partir de 18h30

Samedi, le cortège partira à 14h de la place de la République et se rendra place de la Nation

Rendez-vous intersites au niveau du cirque d’hiver à partir de 13h45 où se trouveront un grande partie des syndicats culture.

A la fin de la manifestation de ce samedi nous invitons les personnels du site qui le peuvent à se retrouver au métro Porte de Pantin à l’entrée du Parc de la Villette à partir de 18h30 afin de diffuser notre tract intersites auprès de tous les publics qui se rendront aux différents spectacles du site que ceux-ci soient maintenus ou annulés.

9 mars, les jeunes prennent la Place !

Après les manifestations historiques du 7 mars contre la réforme des retraites à 64 ans, celles du 8 mars pour affirmer la solidarité avec les luttes des femmes pour leurs droits partout dans le monde et pour dénoncer l’impact en France de la loi retraite sur la situation des femmes salariées, aujourd’hui 9 mars, à l’appel de l’intersyndicale nationale interprofessionnelle, l’intersyndicale Culture soutient l’appel spécifique des organisations de jeunesse à se mobiliser ce jour et appelle à rejoindre les rassemblements et manifestations, notamment à Paris, place de la République à 18 heures.

En effet, notre jeunesse connaît une situation sociale critique, marquée par la précarité, le chômage et la détresse psychologique. Constamment considérés comme un problème qu’il faudrait résoudre, les jeunes perdent peu à peu espoir en notre démocratie.

Pour mémoire, en 2022, ce sont 41% des 18-24 ans qui ont ainsi fait le choix de ne pas se rendre aux urnes au premier tour de l’élection présidentielle, soit un pourcentage de 13 points supérieur au taux national d’abstention. Les jeunes perdent un peu plus chaque jour espoir en nos institutions politiques ; il est ainsi plus que nécessaire de renouer le lien entre la jeunesse et notre République.

Au lieu de quoi le pouvoir renchérit dans la provocation avec le projet de Service National Universel et cale sur le chantier de réforme des bourses étudiantes.

Au ministère de la Culture, l’enseignement supérieur culture et son réseau national sont mis à mal par les politiques d’austérité budgétaire et ce sont aussi les jeunes qui en subissent les conséquences dans leurs études.

Depuis quelques jours, le blocage des cours a été voté dans les écoles nationales supérieures d’architecture (ENSA) de Paris-Belleville, Paris-La Villette, Paris-Malaquais, Paris-Val de Seine, Clermont-Ferrand, Grenoble, Normandie et Bretagne.

Les étudiants, enseignants, personnels administratifs et techniques des écoles exigent un plan de rattrapage pluriannuel pour mettre à niveau les écoles par rapport aux autres établissements d’enseignement supérieur. L’intersyndicale Culture soutient cette revendication.

Dans les écoles nationales supérieures d’art ENSAD et ENSCI, le blocage des cours a été voté. A l’ENSAPC Cergy, la fermeture de la documentation et de la moitié des ateliers a aussi été votée. Là encore, l’intersyndicale Culture soutient les revendications d’augmentation des moyens.

Ensemble, travailleuses et travailleurs, jeunes et retraité.es, participons au meeting intersyndical à Paris place de la République à 18h pour soutenir notre jeunesse !

Paris, le 9 mars 2023